Le Trésor de Barbe Noire

teacheart

"Seul le diable et moi nous savons où se trouve mon trésor et celui qui vivra le plus longtemps gardera tout !" Barbe Noire, le 21 novembre 1718, Veille de sa mort…

Où je refais surface après 3 ans d'un silence coupable mais forcé et où je présente mes excuses à Bogdana, laquelle se reconnaîtra.


________________________________

Extrait

"Le Trésor de Barbe Noire" publié sur Amazon aux formats kindle et paperback sous le nom de plume 'SHIELD Eric'.

amazon.com/author/shielderic


________________________________

La Vierge qui valait trois milliards

Parce que c'est en cherchant les trésors du pirate français Olivier Levasseur que je découvre celui de l'anglais Barbe Noire, je ne puis débuter ce récit sans vous conter ce qui se passa réellement sur l'île de la Réunion la nuit du 8 avril 1721.


Après avoir écumé l'océan Indien, Olivier Levasseur dit ‘La Buse', s'invite sans carton d'invitation dans le port de Saint-Denis de La Réunion à la tête de 500 hommes. Il en partage le commandement avec John Taylor, un autre chef pirate.


Leurs deux navires prennent en sandwich et sans résistance la Vierge du Cap, un navire portugais qui fait relâche à Saint-Denis pour y réparer les graves avaries causées par un cyclone. 


Si l'essentiel de l'équipage est à terre, la cargaison est toujours à bord et c'est sur une véritable caverne d'Ali Baba que tombent les Frères de la Côte ! Ce navire est censé ramener à Lisbonne le vice-roi des Indes portugaises, l'archevêque de Goa et, propriété du roi du Portugal Jean Le Magnanime, de nombreux diamants et beaucoup d'or. 


Ce trésor, les historiens, après avoir étudié le connaissement de la Vierge du Cap, en estiment la valeur à plusieurs milliards d'euros !


Le temps de se répartir sur trois navires maintenant, les pirates font mine de palabrer avec des Portugais qui, massés sur les quais, protestent et tentent de négocier la restitution de leur galion et de quelques objets.


La Buse prend le commandement de La Vierge du Cap. Escorté par les deux navires pirates, il sort maintenant du port sous les vociférations des Lusitaniens hystériques et mauvais joueurs.

Le Magnanime leur donna-t-il l'absolution ? J'en doute.


Les forbans cinglent maintenant vers Sainte-Marie, une île située au nord-est de Tamatave et place forte des pirates, là où est prévu le partage. Taylor a laissé des hommes sûrs à bord de La Vierge du Cap. On est entre brigands, ne l'oublions pas. On se fait donc très modérément confiance. Et ce d'autant moins qu'il existe, pour une raison inconnue des historiens, un litige entre Taylor et Levasseur : le premier ayant fait fouetter le second, attaché au mât de son propre navire.


Tandis que les hommes de Taylor montent la garde autour du trésor, La Buse qui fait l'inventaire de la cabine de l'archevêque tombe sur une crosse d'évêque en or massif incrustée de 9 diamants gros comme des oeufs de perdrix. Il la tient sa revanche !


Levasseur qui lambine à dessein longe encore la côte de l'île et fait jeter l'ancre, soleil couchant, en une crique que le pirate connait bien pour y faire de l'eau régulièrement. C'est un prétexte tout trouvé pour faire relâche sans éveiller les soupçons des hommes de Taylor. Il n'y a en effet plus une seule goutte d'eau à bord du vaisseau portugais et ils en ont grand besoin avant de s'élancer vers Madagascar. Pendant que les hommes s'échinent à remplir les tonnelets d'une onde la moins trouble possible, La Buse se met en quête du nid qui abritera ses oeufs. Ils y reposent encore. Mais ceci est une autre histoire.


Le partage a bien lieu quelques jours plus tard à Sainte-Marie. Il dure trois jours et laisse 80 pirates inanimés sur le sable. Un sable écarlate… 


Comme pour les héritages, c'est le partage qui pose problème.


Le commandant SHIELD et son équipage vous souhaitent la bienvenue à bord de la Concorde pour un agréable voyage dans le temps et ne doutent pas que vous apprécierez bien plus encore l'amerrissage.

  • Intéressante histoire qui m'incite à me plonger dans des histoires de pirates derechef !

    · Ago 8 days ·
    Coquelicots

    Sy Lou

    • Merci. Je vous recommande vivement en ce cas de commencer par les deux tomes de "Captain Johnson", le pseudonyme de Daniel Defoe lorsqu'il a commis quelques biographies de certains de ses 'amis'. Ensuite vous pourrez relire son Robinson Crusoe avec une acuité augmentée.

      · Ago 8 days ·
      Kf

      teacheart

    • C'est moi qui vous remercie pour ces conseils, précieux comme un butin !

      · Ago 7 days ·
      Coquelicots

      Sy Lou

  • Je n’aime pas faire mon autopromotion, mais je me souviens d’un vieux compte « Branle-bas de combat !» où il est question du célèbre « La Buse. » :o))

    · Ago 8 days ·
    Photo rv livre

    Hervé Lénervé

    • J'ai trouvé votre texte et l'ai commenté, ami marin.
      Je vous renvoie vers une page écrite il y a trois ans où je pré-annonçais ma découverte à mots couverts dans un abécédaire imaginaire, à la lettre H.
      "h-heroinomade-ou-hautlandais"

      · Ago 8 days ·
      Kf

      teacheart

    • C'était "hautlandais" :o))

      · Ago 8 days ·
      Photo rv livre

      Hervé Lénervé

Report this text