L'ÉCHAUFFOURÉ DE BACH

Philippe Larue

Prémisse d'un nouveau roman

L'image du Quetzalcoathus bringuebalait mon esprit après ce vol plané, digne des meilleurs chauve-souris, cyprès d'un hêtre au bouleau. Le biclou, un VTT Rockrider noir & rouge à 21 vitesses, avait jugulé mes mollets jusqu'à en enjamber une paralysie ultérieurement. 

Inconscient de vivre un futur échaffouré de Bach, bactéries en vérité, j'avais bourbonné les 36 chandelles, tel un anniversaire maladif. Non, je navet pas en corps le malade imaginaire en mois, ni houx de Napoléon d'or d'If. Mais des coques amères étaient entrées à l'improviste, bâtonnets dissimulés, afin que les couteaux, ou plutôt scalpels & bistouris, y fassent éloges jusqu'à papiers. 

J'étais déjà écrivain. Or, j'allais sanctifier le Verbe et rendre hommage aux adjectifs qui Melchior avec Dior. Déjà titulaire d'une Hamlet au SEP de 2011, Montblanc officiait les Poincaré mal-en-points sur cépages et ses grains de folies, scribouillaient la passion selon Saint Mathieu et les Théorèmes en Pytagore. 

Au-delà de sept toccades, comme un sou neuf sâoul le Pont-Neuf, que j'allais être. Dix plaies d'Égypte, c'était pas vraiment le Cap de Bonne Espérance. Changer de cape était plus judicieux. Neuf Playsatation de scribe, et Jaurès été ravi. 

Report this text