l'échéance de Kyoto

Jean Jacques Regouffre

Y a maldonne

Le senior director en charge du recrutement à Langley se demandait quel était encore l’imbécile qui lui avait fait perdre son temps.

Il parcourait le dossier: Emmaline Donnatienne Intima, nom de code Maldonne.

33 ans, origine incertaine, probablement métissée.

La photo montrait une jeune femme d’environs 1m70, élancée. Les cheveux noirs ramenés en arrière en une queue de cheval coiffée asymétriquement sur la gauche.

Il continua sa lecture

Maitrise la plupart des armes lourdes comme légères… et de séduction avait rajouté quelqu’un au crayon.

Efficace à distance… redoutable au corps au corps avait rajouté la même main.

On dirait qu’on s’emmerde aux archives, je vais leur filer du boulot moi se dit le directeur.

Refuse toute affiliation formelle, ne travaillant qu’en agent libre.

Semble cependant travailler en priorité pour nos services

À la main: “depuis que vous avez un président noir je vous sens mieux”

Mais a effectué des contrats Russes et Chinois.

“les agents c’est comme les partouzes ça commence à triple.”

“Mais qu’est ce que c’est que ce con qui me met des notes sur les dossiers ultra-secrets?” s’étrangla le directeur.

Intima travaille avec des équipiers indépendants, parmi lesquels nous avons identifiés:

Andrea Niepce, as du déguisement. Connu pour des activités de gigolo dans le passé et ouvertement homosexuel

“un gay mais pas un triste” avait rajouté la main inconnue au crayon “si on l’avait laissé sucer arafat et enculer golda meir, ou l’inverse, on porterait et kippa et chador dans la joie de gaza à lérusalem est aujourd’hui.”

Gérard des Vignettes, dit Diogène,

Parcequ’il passe son temps dans ses tonneaux

Viticulteur apprenti et alcoolique repenti, mais surtout ex MI6, qui se sert encore aujourd’hui de son anciennee couverture  de directeur commerciale de “Male Comme Lingerie” pour servir de réseau de renseignements et d’informations.

Son amant de coeur, Lucas, fut son amant de corps, mais blessé par balle, il est aujourd’hui entièrement incapacité sur la moitié inférieure du corps. Ingénieur de formation il dessine en free lance des outils de contre-espionnage.

et des jouets à usage exclusif .

Le directeur se promit qu’il y allait avoir du ménage chez les corniauds qui gribouillaient dans les dossiers les mieux protégés et secrets du monde.

On frappa à la porte,

“miss intima Monsieur!”

“Faites entrer!”

“Mademoiselle…” commenç le directeur decider à congédier en mode expéditif  l’importune.

Sans lever les yeux du dossier, il cracha

“asseyez vous!”

“pas la peine on va faire vite,. Vous ne voudriez pas nous faire perdre notre temps n’est ce pas?”

Il enregistra la phrase en meme temps qu’il lisait: Engagements: 52 missions réussies:52.

Il leva les yeux, prêt à virer sur le champ la gourgandine, mais deux choses l’arrétèrent: d’abord ce regard, des yeux verts et noisettes, changeants, un incendie sur un nymphéas. Mais plus encore, chargés d’autorité, de charisme, de pouvoir meme.

Et puis posant les deux mains sur sa table, penchée vers lui avec des seins qui le défiaient de dessous le tshirt Jitrois, un cou dessiné de boticcelli légèrement incliné, et un sourire de prédateur, elle lacha:

“je vous aurais bien mis plus d’annotations dans mon dossier, mais je ne voulais pas être en retard, c’est quand meme une sécurité de bouffons, vos archives.”

Eros: le corps de mon ennemi

En se détournant du lit, le talon de sa lauboutin accrocha le drap qu’elle entraina, son regard ne put s’empécher de s’arréter sur le corps de l’agent qu’elle venait de droguer, visiblement il dormait en marylin, habillé de deux gouttes de parfum. Les épaules musclées mais harmonieuses, le dos imberbe et longiligne, des fesses dont l’oeil pouvait caresser la fermeté mais une peau fine diaphane presque féminine de douceur. Un sourire félin ourla les lèvres d’Annie, elle dégaina son portable et tapa rapidement: “occupé?” numéro favori: lucas, envoyer.

Il ne fallut que quelques secondes pour un retour, il avait mis au point une dictée vocale du sms  qui leur permettait un flux de conversation.

“Je surfais des sites hautement pornos: le cul sans la colonne, l’exemple du lombric. Sexualité et lombaires: un mythe surfait. Le role du paraplégique dans la partouse contemporaine, la roue tourne!...”

“mdr, tu as des travaux pratiques?”

“des directives en tout cas: dominance et manipulation savoir faire bouger le corps qui s’y refuse”

Elle s’agenouilla sur le bort du lit et retourna le corps de russe, de face son visage s’accordait à ses fesses, bien dessiné mais d’une douceur presque adolescente, son sexe lui s’accordait à ses épaules, ample, bien proportionné, et bonne surprise sa déjà quasi érection présageait que le narcotique n’avait pas que des effets secondaires déplaisants. Ses doigts glissèrent le long des courbes, guettant les variations de grain de texture de la peau, explorant les zones de fraicheur de chaleur. Les infimes changement prenaient de sensuelles proportions, ces sensations décuplées envoyaient des frissons de plus en plus sauvages à sa nuque, à ses reins. Du bout des ongles elle effleura la verge remontant du gland jusqu’aux testicules qu’elle entoura de sa paume, la réponse fut immédiate, et la queue se souleva.

“-Lu, s’il te plait, passe en visio!”

Le texte laissa place au visage en gros plan de Lucas, d’une pression elle recadra autour des yeux et des lèvres. Et posa l’appareil sur le visage du russe.

Elle savait qu’à l’autre bout de la communication, il la regardait, il la caressait.

Elle défit les boutons de son diesel jeans, les fit glisser, enfourcha le corps immobile, écarta le bord dentelé de son La Perla, et fit glisser le sexe en elle tout doucement. Elle fixait le regard qui s’écarquillait en même temps que le sien, comme si lui aussi ressentait la fusion consumante de son fourreau gorgé d’envie. Elle eut un cri léger, enveloppé dans un soupir lent.

Elle vit sur l’écran témoin de la visio, que le cadrage de Lucas allait venait de son visage à des plans généraux puis zoomait sur ses seins, son ventre, la lisière extérieure de ses hanches, et elle devinait ses paumes se posant à ses joues ou ses doigts jouant de la face ombrée à la face ambrée de sa poitrine, agaçant les mamelons de frôlements légers avant que de receuillir en coupelle l’ensemble du sein, qui descendaient remontaient le long de ses jambes, cherchant à la contourner, puis saisissaient ses fesses pour guider son allure.

Elle chevauchait maintenant sans retenue.

Elle avait logée le sexe en elle exactement où elle le voulait, et sa présence l’emplissait toute entière, le heurt rythmique de la queue généreuse l’emportait

“-là j’ai trouvé le point sensible” se moqua Lucas façon gainsbourg.

“-G rien à foutre, fais moi tout l’alphabet!” gémit t’elle.

“-A toi pour toujours, Bse moi encore, C trop bon, Dcide quand tu veux...Z comme Zaratouchetoi!”

Elle vint en criant son nom, ses ongles crispées sur la poitrine de l’agent éphèbe, son visage penché vers le téléphone, presqu’à l’embrasser.

“Oh Lu!”, soupira t’elle.

“Je sais aussi le réciter à l’envers, si tu veux!”

Action: une scène à deux balles

La première balle frappa le président juste au dessous de l’aine, avec une violence qui le tétanisa.

“Out, deuxième service” cria l’huissier-arbitre.

Marla sourit, elle savait que la jambe ne répondrait pas pendant prét d’une minute aux influx nerveux aprés le choc de la première balle et se fendit pour deuxième service d’une balle lente, coupée, qui atterrit juste au delà du filet.

Le président voulut démarrer pour un retour en volet vicieux, un sourire de rpédateur déjà sur son visage, mais l’appui sur sa nike air gauche custom lui fit défaut et il trébucha, s’étalant sur la terre du central de roland garros qu’il avait fait réserver pour sa pause de midi.

La deuxième balle frappa du coup à trente centimetres de là, passant juste là où aurait du se trouver la tête du président, et projetant un jet de poussière puissant en l’air, cela et le couinement du métal à 300km h en plus renseignèrent immédiatement, Marla, sniper, silencieux, probablement du 36, automatiquement son esprit recomposa la balistique probable, l’impact, là où se serait trouvé le président sans sa jambe affaiblie du premier service, elle remonta jusqu’aux loges supérieures, saisit une ombre qui disparaissait.

“Ball set et match” annonça l’arbitre.

Les services de sécurité se précipitaient pour aider le président à se relever mais ils n’avaient pas encore mesurer l’impact de ce qui venait de se passer. Le tireur aurait pu même prendre le temps de tirer encore, “petit joueur, “ se dit elle “ soit trop lache soit il n’a pas attendu de vérifier l’état de sa cible.”, elle se précipita au filet, le sauta, alla serrer la main du président comme si de rien n’était. A son honneur il lui rendit son sourire. Et elle prétexta d’un besoin urgent de s’absenter, et courut non vers les tribunes mais vers la sortie de terrain la plus proche des parkings.

“avec un peu de chance” pensa-t’elle en traversant les divers portes battantes à pleine allure, poussant le déclencheur de la porte antiincendie, débouchant sur le niveau inférieur du parking. Pas de mouvement, elle se précipita vers le niveau deux, par la rampe d’accés plutot que les escaliers, pariant pour une fuite par véhicule plutot qu’à pieds.

Et bingo, le bruit d’un moteur s’amplifia. Elle se rencoigna en haut de la rampe niveau deux, dissimulée par un pillier, escomptant l’obligation de ralentir du véhicule pour négocier la suite de la rampe.

Elle saisit fermement sa raquette EA7 armani-babolat et assuma une parfaite position de revers.

Un SUV jaillit et comme prévu donna un coup de frein pour éviter de se déporter, le revers explosa littéralement, défonçant le parbrise en multiples éclats de verre qui criblèrent le visage du conducteur. Par réflexe il pila, la voiture dérapa, et vint s’encastrer entre mur et pillier de la descente.

Marla bondit et d’un coup droit bien ajusté du tranchant de la raquette explosa les deux arcades sourcilières de l’homme au volant, le réduisant à l’inconscience. Passing Shot.

Synopsis: L’échéance de Kyoto

2008: sommet du G20 de kyoto, un homme fuit ses poursuivants, qui n’hésitent devant aucune violence dans leur poursuite, avant que d’étre rattrapé et exécuté, l’homme parvient à passer, par l’intermédiaire d’un moine et d’un jardin zen, un message de quelques chiffres.

2009 et 2010 deux tentatives d’assassinat successives sont perpétrées contre barak Obama et hilary clinton; déjouées l’une comme l’autre. Les auteurs des attentats trouvent dans un cas la mort dans l’autre parviennent à s’échapper.

L’identification du cadavre, lié à la tentative en 2009 sur Mme Clinton, révèle qu’il est un activiste écologiste, apparemment marginalisé des mouvements officiels. L’enquète s’enlise.

L’espionne au plus offrant: maldonne, est engagée par la CIA pour progresser dans l’enquéte.

Elle met son équipe en action pour récupérer de l’information et infiltrer les mouvements écologistes.

2010: la récente épouse du président de la république française déjoue un attentat contre la vie de cleui ci, et élimine aprés interrogatoire le responsible de la tentative. Un rôle peu probable pour cette personnalité qui laisse à penser qu’elle est plus complexe qu’il n’y parait, d’ailleurs une communication avec l’italie qui s’en suit confirme ces suspicions.

Marla, l’épouse du président, se révèle être un agent à la solde du pouvoir italien, au plus haut du pouvoir, est elle espionne d’état ou sbire d’un homme, le doute demeure.

Pendant ce temps Maldonne progresse mais se heurte à la découverte d’éléments contradictoires. Deux pistes aussi plausibles l’une que l’autre viennent au jour, l’une pointant vers un éco-terrorisme ultra secret, l’autre vers un bras armé de grandes richesses de ce monde.

2011: Un jeune fleuriste est motivé d’un discours quasi fanatique pour aller s’immoler devant un batiment public en tunisie, en parallèle on suit la mise en place de tout un réseau de communication publique et d’action, en direction de l’égypte, le yémen, la lybie, la cote d’ivoire.

En contrepoint l’équipe de maldonne décrypte le messsage de 2008 de kyoto qui l’oriente vers des iles telles que barros aux maldives, naoshima au japon ou l’ile de pacques, mais aussi des lieux isolés tels que ourzazate, ou yamousoukro. On y découvre l’existance de lieux hautement sécurisés, gorgés de richesses ou de moyens technologiques.

Mais en même temps l’infiltration des milieux verts violents confirme l’existence de plusieurs projets terroristes visant de hautes personnalités du pouvoir à travers le monde.

Les premiers semblent avoir des liens avec la chine, qui ne limite plus sa répression anti idéologies, et les autres avec la russie de plus en plus brutale dans son contrecoup envers les hommes les plus riches du pays.

En séduisant un espion russe, Maldonne découvre que cela fait partie d’une opposition mondiale à une oligarchie de l’argent qui réunit les plus grosses familles et richesses mondiales dans une entreprise de négation des conclusions de Kyoto.

Coupe sur l’intérieur de cette organisation dont on comprend qu’elle considère que tous les kyotos du monde important peu dans les problèmes de changements climatiques. Soit ceux ci sont sans fondement et pourquoi sacrifier alors leur richesse, soit si ils ont des fondements, la solution est eugénique et mieux vut condamner une majorité des populations à l’extermination pour protéger les riches dans quelques ilots où seront réunis richesses arts technologies et individus méritant d’échapper aux conséquences, conséquences qui pourraient étre limitées si l’on réduisait drastiquement la pollution liée à la consommation des masses pauvre populaires ou moyennes.

Ils sont à l’origine de la tentative d’attentat contre obama croyant celui ci enclins à soutenir les accords de kyoto.

Marla est un des outils de ce groupe que Maldonne va essayer de retourner en pratiquant toutes les formes de persuasion, voire de séduction possible, n’hésitant pas à sacrifier pleinement de sa personne.

Andrea entre temps pénètre à tous les sens du terme l’organisation écolo, celle ci  extrèmement fanatisée et liée aux forces occultes, voire terroristes, de diverses religions, islam, opus dei, bouddhisme tibétain ou zen japonais, a opté pour l’élimination de tout pouvoir ne soutenant pas activement kyoto et la déstabilisation de régimes où les familles riches auraient leur abris.

Ils sont à l’origine de la tentative d’attentat contre clinton, dont on craignait une influence conservatrice sur obama.

Les uns comme les autres veulent atteindre leur but avant que le protocole de kyoto n’échoie en 2012.

L’équipe maldonne se trouve la cible des deux organisations et devra les manipuler pour mettre en place un affrontement frontale entre elles jusqu’à leur mutuelle élimination, ou du moins jusqu’à un affaiblissement tel que leurs influences laminées ne puissent empécher des coups de filets généraux de la CIA, mise au pied du mur par maldonne qui leur laisse le choix entre ce succés ou la remise des éléments à la presse.

Report this text