Les gens de la mer -13-

aile68

Les parents de Véronique veulent bien qu'elle travaille un samedi sur deux à la pizzeria. Elle a commencé la semaine dernière non sans trac comme une comédienne avant de monter sur scène. Pour l'instant elle prend les commandes et apporte les boissons, les pizzas c'est René qui se charge de les servir pour le moment. Quand elle travaille elle se sent grandie, c'est sublime! Elle note tout bien comme il faut, consciencieusement. Le travail a vraiment du bon. Et puis elle aime l'ambiance qui règne dans la pizzeria, les nappes à carreaux rouges et blancs l'amphore vieille de cent ans, il ne faut pas la casser celle-là! C'est le fleuron de la pizzeria avec les sauces tomates qu'elle a contribué à faire. C'est la première fois que Véronique se sent fière d'elle. Au lycée elle est plus dynamique, ses copines ne la reconnaissent plus. Elle voudrait se rapprocher de Valérie, la petite ronde à lunettes, un peu grande gueule, qui lui a fait prendre conscience d'une grande vérité sur la vie. Non, la beauté physique ne suffit pas pour réussir. A la pizzeria elle soigne son physique certes, c'est normal, mais elle travaille surtout ses bonnes manières. Elle veut faire bonne impression aux clients, à son patron mais à son père surtout qui lui, s'occupe de faire tournoyer ses pâtes à pizza, retenant l'attention des clients admiratifs. Véronique a pris de sa mère ses grands yeux noirs et profonds, son joli nez bien droit, son visage en forme de coeur. Avec son 1m70 on n' imagine pas qu'elle est lycéenne, les gens la vouvoient comme une grande, elle trouve ça bien agréable. Elle s'imagine qu'un jour des journalistes la vouvoieront aussi, elle sera alors connue comme Isabelle Adjani, elle qui n'avait pas son bac quand elle est rentrée à la Comédie-Française.

(à suivre)

Report this text