Les nuits égarées D’Archibald Naught #6 Semaines 5/6

maddie-perkins

5/6 Semaines.



Depuis plusieurs jours Archie retourne dans cet endroit où Marta et lui se sont rencontrés. Chaque soir, lorsqu'il arrive après le travail,il trouve le diner vide, exempt de la folle silhouette et de son manteau de fourrure. Il ne sait pas ce qu'il lui dirait si elle apparaissait devant lui, car ce n'est pas tant le résultat mais la recherche qui importe.

Ce soir, alors qu'Archibald pousse la porte et entre, toujours pas de Marta. À la place au fond, assise sur une banquette rouge, une jeune femme l'observe tandis qu'il passe l'allée.

Il s'assoit et commande, la serveuse s'en va, et soudain il sursaute : la musique s'empare des lieux — Jazz, rhythm n blues. Des chimpanzés envahissent le diner, ils dansent, leurs queues ondulent. Archibald se frotte les yeux tandis qu'une épaisse fumée s'élève d'un bar improvisé d'où quelques figures se tapent des martinis — dry.

La serveuse gigote, sur scène, quinze ans de moins — striptease ! Archibald porte sur lui un costume trois-pièces, années soixante, recrache le cigare qui se trouve dans sa bouche.

Et les yeux comme des ballons, il observe la foule envahirent la pièce drapée de velours. Il voit Louis Armstrong et sa trompette, les joues gonflées comme celles d'un crapaud extatique. Dehors, la rue est lumineuse, les gens dansent, les oiseaux volettent et s'entrechoquent.

Et tout à coup, Marta approche dans sa belle robe échancrée jusqu'à mi-cuisse, du rouge à lèvres sur les dents, l'œil aguicheur et les faux cils battant. Elle l'invite à danser, et sans plus rien contrôler, Archibald se retrouve sur la piste à faire valser le transsexuel.

Les jazzmen sont frénétiques, Kerouac et Cassadyfrémissentsous leurs t-shirts noyés de sueur, des jaguars paraissent en laisse, de sublimes panthères tenues par de vieilles femmes devenues Mesdames les Loyal. Marta chante Nobody but me, son porte cigarette entre ses dents serrées. L'odeur du tabac envahit Archibald, le Monde l'entoure et il danse.Il rit. Sa main découvre la barbe de Marta la bonne fée. Elle l'embrasse. Elle a le goût du tabac et du parfum bon marché, de l'après-rasage et des cafés new-yorkais.Elle entame ses lèvres tendres, jusqu'alors jamais baisées, et elle crie — ô Archie ! Archie ! Archie !


Lorsqu'il revient à lui, Archibald se tient sur la table debout. La serveuse le regarde et lui semble minuscule tandis qu'elle le détaille d'un drôle d'air. Il pose un pied sur la banquette et s'assoit sur le fauteuil rouge, rouge comme son visage — la soupape de la honte. Il voudrait fuir, et le café fume hors de sa tasse. La serveuse s'éloigne, Archibald ferme les yeux. Plus tard lorsqu'il les ouvre, la jeune femme est toujours là, assise à quelques mètres. Elle l'observe alors qu'elle écrit, ses carnets sur la table partout éparpillés.

Archibald se concentre sur la rue et la foule réapparaît, comme dans un rêve où le rythme ne suit plus la logique à laquelle on était habitué.Il croise alorsle regard de la jeune femme sous les longs cils bruns, et ses grands yeux noirs semblent lui dire —Archibald, nous savons. » 


Sans prendre le temps de boire ce pour quoi il était venu, Archibald s'est enfuit. La jeune femme a rit lorsqu'il a poussé la porte. C'était un rire léger presque mort, un rire que lui a entendu —et ce rire lui était destiné.

De retour à l'appartement, Archibald pousse d'horribles petits cris tandis qu'il va de pièce en pièce sans savoir ce qu'il désire. Il emplit la cuisine de ses gémissements, et une fois de plus, s'enterre sous cette table qui jadis appartenait à sa grand-mère. Contre le pied métallique, il débloque. Le front contre ses genoux, la bouche teintée de morve et de larmes, il se balance, déjà famélique, et le chat ne vient pas — Où est-il ? Archibald pleure, il pleure et pleure alors qu'il épouse le carrelage désunit. Sa voisine ne l'entendra pas — la bonne petite vieille est sourde, et personne n'y peut rien, personne sauf une personne, mais sinon personne.

Les martyrs sont amoureux d'un être appelé Solitude ; ils vont la chercher jusqu'au fond des grottes, au coeur des cavernes sans odeur qui permettent l'introspection, celles hissées à la pointe des précipices, sur les pics des falaises heurtées par le vent et érodées par l'air marin. Archibald chante, une chanson presque une comptine ; qui lui chantait jadis ? Personne, je n'y ai pas réfléchi. Je pourrais dire son père ou sa mère, non imaginez son frère ! Aucun. Archibald Naught n'a pas eu d'enfance, Archibald Naught ne possède rien, et son nom : la famille du néant. Ouvrez un dictionnaire, et — COMPRENEZ !

  • Du coup on se demande s'il s'est pas lui même donné son nom où s'il essais pas de "coller" à l'image renvoyée par son nom... C'est de pire en pire pour lui... A voir la suite, comment il évolue

    · Ago almost 9 years ·
    24 10 15 matin suite (5)

    ladyquiet14

    • *rire diabolique*

      · Ago almost 9 years ·
      1505012013 p1050104 500

      maddie-perkins

    • Du coup, en plus d'apprécier ce que tu écris, j'aime bien tes commentaire ^^

      · Ago almost 9 years ·
      24 10 15 matin suite (5)

      ladyquiet14

    • Je suis flattée, merci. ^^

      · Ago almost 9 years ·
      1505012013 p1050104 500

      maddie-perkins

Report this text