Les Rats dans le Mur

saurimonde

Tous les mannequins ont le même regard gris. - Aragon

Tout au fond d'une contrée infecte, infecte, infecte et infecte, il y avait une petite maison infecte.

Elle était délabrée et hideuse.

A l'intérieur de cette petite maison infecte il y avait dans le mur quelques rats qui vivaient. On ne savait quelle langue ils parlaient. Il y avait des rats, des rats, des rats, des rats y vivaient.

Un jour vint habiter cette petite maison infecte qui était délabrée et hideuse une très laide et très obèse femme dégénérée, tout à fait dégénérée, dégénérée, dégénérée.

La petite maison était délabrée et hideuse.

Elle était tout au fond d'une contrée infecte, infecte, infecte. Elle était délabrée et hideuse.

La femme qui y vivait était très laide et très obèse. Elle était très laide et très obèse. Elle était dégénérée.

Dans sa petite maison infecte, délabrée et hideuse, il y a avait un mur où vivaient des rats. Ils grignotaient, grignotaient. Ils rongeaient, rongeaient. La très laide et très obèse femme dégénérée avait peur de ces rats. Elle avait peur de ces rats, ces rats, ces rats, rats, rats qui grignotaient et qui rongeaient, grignotaient et rongeaient. Elle avait peur. Elle mettait des souricières. Il y avait maintenant dans la petite maison infecte qui était délabrée et hideuse tout au fond d'une contrée infecte des souricières. Il y avait des rats dans le mur. Ils grignotaient. Ils rongeaient. Les rats grignotaient et rongeaient.

Les rats maintenant mouraient. Ils mouraient, les rats mouraient. Ils mouraient. Les rats mouraient. 

Dans le mur de la petite maison infecte qui était délabrée et hideuse tout au fond d'une contrée infecte où vint habiter une très laide et très obèse femme dégénérée vivaient des rats. Des rats, des rats. Des rats, des rats. Des rats, des rats.

Il y avait un rat qui s'appelait Maldorat. Un rat. Un rat qui s'appelait Maldorat. Ce rat s'appelait Maldorat. Un rat.

Intelligent oui, très intelligent, intelligent, très intelligent, il est très intelligent, on vous dit qu'il est intelligent.

Maldorat qui était un rat du mur d'une petite maison infecte qui était délabrée et hideuse tout au fond d'une contrée infecte où vint habiter une très laide et très obèse femme dégénérée était intelligent.

Il faut l'écouter, écoutez-le, il dit la vérité, oui, la vérité, c'est la vérité. Écoutez-le. Écoutez le rat. Il faut l'écouter. La vérité, il dit la vérité. Oui la vérité, c'est la vérité.

Répétez, répétez, répétez, répétez, répétez, répétez.

Les rats répétaient. Les rats répétaient. Les rats répétaient.

Les rats mouraient. Les rats mouraient. Les rats mouraient.

Maldorat qui était un rat du mur d'une petite maison infecte qui était délabrée et hideuse tout au fond d'une contrée infecte où vint habiter une très laide et très obèse femme dégénérée donnait des petits morceaux de fromage aux rats.

Les rats l'écoutaient, ils l'écoutaient. 

Ils répétaient, ils répétaient.

Les rats mouraient, les rats mouraient. 

C'était la vérité, la vérité.

Des rats n'aimaient pas la vérité. Des rats qui étaient les rats du mur d'une petite maison infecte qui était délabrée et hideuse tout au fond d'une contrée infecte où vint habiter une très laide et très obèse femme dégénérée n'aimaient pas la vérité. Ils ne l'aimaient pas. Ils n'aimaient pas la vérité, ils ne l'aimaient pas.

Brisez-leur pattes et vertèbres.

Brisez-leur pattes et vertèbres. Brisez-leur pattes et vertèbres. Brisez-leur pattes et vertèbres.

Les rats leur brisaient pattes et vertèbres. Ils leur brisaient pattes et vertèbres. Les pattes et leurs vertèbres étaient brisées. Les rats. Les rats.

Maldorat régnait. Maldorat. Maldorat régnait sur les rats. Les rats. 

Il y avait tout au fond d'une contrée infecte une petite maison infecte qui était délabrée et hideuse une très laide et très obèse femme dégénérée et un rat qui régnait sur les rats.

Il s'appelait Maldorat. Maldorat régnait sur les rats. Les rats.

Maldorat voulait voir tous les rats mourir. Oui, il voulait voir mourir touts les rats, il voulait voir tous les rats mourir.

Les rats qui étaient les rats du mur d'une petite maison infecte qui était délabrée et hideuse tout au fond d'une contrée infecte où vint habiter une très laide et très obèse femme dégénérée mangeaient les petits morceaux de fromage.

Maldorat leur donnait des petits morceaux de fromage. Maldorat le rat, qui régnait sur les rats, donnait des petits morceaux de fromage. Il donnait des petits morceaux de fromage aux rats. Il voulait régner. Il donnait des petits morceaux de fromage. Il disait la vérité. 

Maldorat qui était un rat du mur d'une petite maison infecte qui était délabrée et hideuse tout au fond d'une contrée infecte où vint habiter une très laide et très obèse femme dégénérée disait la vérité.

C'était la vérité, la vérité.

Les rats l'écoutaient, ils l'écoutaient.

Les rats répétaient, ils répétaient.

Les rats mouraient, les rats mouraient.

Les rats, les rats.

Des rats n'aimaient pas la vérité, des rats, des rats n'aimaient pas la vérité.

Maldorat faisait signe de son long nez de leur briser pattes et vertèbres.

Brisez-leur pattes et vertèbres. Brisez-leur pattes et vertèbres. Brisez-leur pattes et vertèbres.

Leurs pattes et vertèbres étaient brisées. Les rats leur brisaient pattes et vertèbres. 

Les rats mouraient, les rats mouraient. Ils mouraient. Les rats.

Les rats marchaient sur les souricières. Les rats. Ils marchaient sur les souricières. 

Les rats mouraient, les rats mouraient. Ils mouraient. Les rats.

Des rats qui étaient les rats du mur d'une petite maison infecte qui était délabrée et hideuse tout au fond d'une contrée infecte où vint habiter une très laide et très obèse femme dégénérée voulaient tuer la très laide et très obèse femme dégénérée. 

Maldorat qui était le rat qui régnait sur les rats du mur d'une petite maison infecte qui était délabrée et hideuse tout au fond d'une contrée infecte où vint habiter une très laide et très obèse femme dégénérée ne voulait pas qu'on tue la très laide et très obèse femme dégénérée.

Maldorat qui était le rat qui régnait sur les rats, Maldorat, le rat, ne voulait pas qu'on la tue. Qu'on tue la très laide et très obèse femme dégénérée. Elle était très laide et très obèse. Elle était dégénérée. Dégénérée. Elle était dégénérée. Elle était très laide et très obèse et dégénérée. C'était une très laide et très obèse femme dégénérée.

Il trouvait ça bien. C'est très bien il disait. Maldorat le rat qui régnait sur les rats disait que c'était très bien. 

Intelligent oui, très intelligent, intelligent, très intelligent, il est très intelligent, on vous dit qu'il est intelligent.

Maldorat qui était un rat du mur d'une petite maison infecte qui était délabrée et hideuse tout au fond d'une contrée infecte où vint habiter une très laide et très obèse femme dégénérée était intelligent.

Il faut l'écouter, écoutez-le, il dit la vérité, oui, la vérité, c'est la vérité. Écoutez-le. Écoutez le rat. Il faut l'écouter. La vérité, il dit la vérité. Oui la vérité, c'est la vérité.

Répétez, répétez, répétez, répétez, répétez, répétez.

Les rats répétaient. Les rats répétaient. Les rats répétaient.

Les rats mouraient. Les rats mouraient. Les rats mouraient.

Il donnait des petits morceaux de fromage aux rats. Les rats avaient des petits morceaux de fromage. Les autres avaient leurs pattes et vertèbres brisées. Les rats brisaient leurs pattes et vertèbres. Les rats, les rats.

Les rats mouraient, ils mouraient.

Tout au fond d'une contrée infecte il y avait une petite maison infecte où vint habiter une très laide et très obèse femme dégénérée, dégénérée, dégénérée. 

Dans le mur de cette petite maison infecte tout au fond d'une contrée infecte où vint habiter une très laide et très obèse femme dégénérée il y avait des rats. Des rats, des rat. Des rats.

Un jour la très laide et très obèse femme qui était dégénérée, la femme qui était très laide et très obèse, la femme dégénérée, frappa sa tête contre le mur de la petite maison infecte tout au fond d'une contrée infecte. 

C'était le mur où vivait les rats, les rats. Maldorat qui régnait sur les rats n'était plus là pour régner sur les rats. Il y avait des rats, des rats. Des rats qui vivaient dans le mur d'une petite maison infecte qui était délabrée et hideuse tout au fond d'une contrée infecte où vint habiter une très laide et très obèse femme dégénérée.

La très laide et très obèse femme dégénérée mit le feu à la petite maison infecte qui était délabrée et hideuse tout au fond d'une contrée infecte.

Les rats mouraient, les rats mouraient. Maldorat n'était plus là. 

La très laide et très obèse femme dégénérée se mit à crier.

CREVEZ CREVEZ CREVEZ CREVEZ CREVEZ CREVEZ !

  • Les idées qui tournent en boucle, tellement, tellement ça tourne. En boucle. Tant est si bien que cette boucle née de tours et de tours et de tours créant comme une boucle, nous perd. Nous sommes perdus. D'où la répétition. Un leitmotiv qui dans la boucle où tout tourne et tourne peut parfois s'avérer utile voire salvateur pour éviter d'être une femme hideuse et dégénérée.
    Laide. Dans une maison toute comme elle.

    · Ago 2 months ·
    S l300

    colonelle

  • j'adore le rythme et la musique

    · Ago 2 months ·
    Poussin (2)

    maruki

Report this text