L'hdln

Lucy Nuange

Le titre fait référence à une chanson, intitulée l'homme dans la nuit.

À toi, source de mon inspiration depuis des années, je t'écris cette lettre publique et non complète, qui s'agrandira sûrement de jour en jour.

Je ne sais si mes rêves t'idéalisent, si mes souvenirs t'embellissent. Je me souviens du moindre instant passé à tes côtés, avec de la compagnie ou non. Je me souviens de ces soirs où ivres, nous voguions ensemble vers un champ infini de possibles. Ton sourire en coin, tes yeux rivés sur le sol et tes cheveux en bataille ne cesseront de me hanter. Quand cette image s'ancre dans mon esprit, il est bien difficile de l'en déloger, tellement elle m'inspire.

J'ai chanté au microphone du Kyo devant tes yeux affolés, j'ai joué le plus beau rôle de ma vie en tentant d'être dans tes bras le premier jour de notre rencontre, de te voler une étreinte, j'ai cassé mon dos sur des sièges de bus, à essayer de chercher tes yeux, tes espiègleries et enfin, j'ai fait le vœu que tu sois heureux sans moi. Comme j'aimerais changer la fin de celui-ci, mais le processus ne fonctionne apparemment pas comme ça.

Certains disent que dans mon livre, ils se reconnaissent, mais ils ne sauront jamais à quel point ils ne seront jamais Toi.

Je sais les erreurs que tu as commises envers moi, je les connais toutes désormais. As-tu eu des remords ? Moi, j'en ai. À commencer par la seule force déchirante de te dire adieu, mon plus grand mensonge. Comment pourrais-je un jour simplement te bannir de mon cœur et de mon âme, quand celle-ci est, à mes yeux, étroitement liée à la tienne ?

Tu es mon exemple, mon modèle et jamais personne hormis toi ne m'a vu ainsi. J'aimerais rembobiner les cassettes de nos vies et les mélanger, les superposer. Si un jour nous arrivons enfin à faire plus que de nous entendre, j'espère qu'une meilleure vie s'offrira à moi.

J'aimerais pouvoir te parler, me confier sur les horreurs qu'ils m'ont fait traverser. T'emmener sur la tombe de ma chère et tendre, attendre que tu transformes ma solitude devenue écœurante en me rappelant qui nous sommes et ce que nous voulons être.

How I Met Your Mother restera ma série préférée car tu seras à jamais mon Ted et moi ta Robin, ta Effy, ou juste un songe d'idéal.

J'ai conscience que cette lettre est débile, mais tu es le premier texte après tant d'années de lassitude que je couche à nouveau sur une page.

J'espère que tu ne tomberas jamais dessus.


L.N.


Report this text