L'homme aux rats

yunahreb

Réveil étranglé. Une cadence frénétique tapissait sa jugulaire, alors que la découverte de ces corps le paralysait: comment ressentir autant de tournoiement et d'effervescence à l'intérieur, alors que le néant empêchait ici tout mouvement. La vision de ses meurtres, trois trophées de plus, le laissait sans voix, sans repentance, juste une excitation à peine dissimulée devant l'effroi qu'ont dû ressentir ces chétives créatures, ainsi costumées de désespoir...

Report this text