Liberté relative

ecri-en-vain

La ville s'endort mais s'éveille

Dévoilant toutes ses lumières

La vie se fait intense

Quoi qu'on en pense

Elle laisse traîner derrière

Des cadavres de bières, des bouteilles

 

Un rien réunit ces personnes

Un son de guitare, de trompette

Elles dansent et chantent

Parlent et rient

En osmose, une grande fête

Dont la fin jamais ne sonne

 

Parlez-moi de la liberté

Parlez-moi du paradis

Autant que vous voulez

Autant que vous en sachiez

Je ne demande qu'à être ici

Et simplement être entouré

 

De fêtards et de fous à lier

D'inconnus et d'amis fidèles

Découvrir

Apprendre

Des choses, des aventures pêle-mêle

Des tonnes d'histoires à raconter

 

Que tous ces bons moments passés

Vous restent à jamais gravés

Qu'ils soient le vent

Qui chasse les mauvais

Ceux que l'on voudrait oublier

Mais dont on ne peut se passer

 

Je ne sais pas qui restera

Je ne sais pas qui partira

Mais je sais qu'ils ont été là

Dans ces nombreux moments de joie

Et rien que pour toutes ces fois

Je veux les garder près de moi

Report this text