L'instant d'avant

Christian Le Meur

Une intuition, née dans la brume des songes,

                   S'invite sur le chemin linéaire de sa vie

Tel un cataclysme

                  Elle dévaste le jardin mémoire des êtres aimés

Indélébile

             Elle macule le précieux inventaire de ses bonheurs accumulés.



L'impasse se fait prison.

Elle reste là,

               Prostrée dans son silence

Son corps se recroqueville

               Meurtrie dans sa souffrance

Dans le creux de ses mains

               Elle contemple ce vide devenu sien.



Fuis ! Se répète-t-elle sans cesse

Fuis loin de tes habitudes

              De ton existence, de toi-même.

Réformes !!!

              L'inutile part à la décharge

              Et elle charge son sac sur le dos du hasard.


Errance improbable

Elle arpente une plage balayée par un vent d'automne

Au dessus des eaux, bravant tempête

             Cerclant l'azur

L'ombre d'un albatros délimite les frontières de son univers.

Au centre elle dépose ses dernières illusions

          Tel un bateau ivre elles dériveront au gré des courants.


Jure lui, oiseau d'augure

              Seigneur des tempêtes

Que tu n'influences pas la puissance de ces déferlantes

               Elles érodent l'essence de son âme.



Soudain tout s'immobilise

              Les silhouettes deviennent ombres

             Et ces ombres disparaissent dans l'obscurité de la nuit.

Sa tête vole en éclat

               Projetant l'inconsistance de son existence

               Dans le territoire des froids polaires


Plus au sud

Là où les rayons de soleil murmurent sur les peaux nues

               Des chants de tendresse

Elle imagine le rire insouciant des bienheureux

L'attirance des pulsions consentantes qui s'exhibent

Et s'unissent dans la communion des désirs.



Son regard tourmenté

Épuisé par sa propre lassitude implore cette réponse

                                         ... Qu'elle connaît déjà.


Lorsque l'effort répété mène à la perfection

L'esprit s'éveille sur la conscience retrouvée

Alors  l'honnêteté du cœur ouvre les portes de l'amour

Le tumulte se fait silence

                                            Le silence liberté.

Report this text