Logo Rallye 35

arthur-roubignolle

Camp, mère, apprendre, clarté, profond.



Graçe à ma mère, j'appris, malgré elle, (et je dois dire aussi « contre » elle, et ce pendant des années hélas), le sens de la clarté et le profond des choses.

Plus elle était idiote, plus je m'éfforçais de développer mon intelligence.

Plus elle était coercitive, plus j'apprenais à développer mon sens de la liberté.

Plus elle voulait me retenir, plus je m'échappais...

Puis un jour, je me rendis compte que j'avais batie ma vie autour de simples réactions de défenses, et que je n'étais ni libre, ni intelligent, ni échappé...

C'était comme si j'avais vécu dans un camp invisible, entouré de hauts-miradors.

Un jour, la réalité m'apparut dans son entier, dans sa plénitude, graçe à mes lectures, confrontées à mes expériences de vie... Graçe à toutes ses épreuves traversées...

Il ne sert à rien de s'opposer, d'être en « réaction » face aux gens, face à ce qu'ils vous font, face à ce qu'ils pensent de vous...

La vraie liberté est dans le non-jugement total, et en ce sens Spinoza à raison sur toute la ligne. Il nous suffit d'observer nos affects et de les comprendre pour s'échapper enfin du déterminisme et de la dualité des choses...

Mais ce n'est jamais acquis définitivement, et tant que l'on vit et respire, il y a à apprendre...

  • Enfant, j’ai longtemps recherché vainement dans des romans à comprendre le Monde, au sens le plus large, qui nous entoure. Je n’ai compris qu’avec du recul et les expériences vécues accumulées un semblant de signification et de sens à nos gesticulations qu’on appelle la Vie. :o))

    · Il y a 3 mois ·
    Photo rv livre

    Hervé Lénervé

  • Des mots inspirants qui libérent ! Bravo.

    · Il y a 3 mois ·
    30ansagathe orig

    yl5

Signaler ce texte