Migrateur

Jean François Joubert

Ils voyagent, vers les îles, bêlent, ailes, ni mouton

Ni emprunt, jamais d'empreintes sur un air de jazz, être

Ni embruns, leurs volent d'aigles regard d'acier, ôtons

Le temps de braise, Tétras lyre, un chasseur de son, hêtre


Tarin des aulnes, troglodytes mignon, sterne, oie, mouette

Rieuses, Hulottes, Rossignols Philomène sans un salaire

Pie, nid, goéland des villes pas vil pour un sou, roi désert

Ballade de citadin, l'oiseau cajole vos rêves, d'eux, de couette


Un cauchemars pour les grenouilles, et les moustiques

Ses migrateurs dans leur têtes de plomb, un cadran

Solaire, une lumière de plomb, chasseur évitez le tic


Ayez du tact, tic, tac, soyez au rendez-vous de la mondialisation

Circulation permise des devises, dévoreur d'espace, laissez l'espèce

Vivre, son chemin, sa route, son alexandrin, osons l'immigration !

Report this text