Moins humain, plus humains

yasmine_ttbn

Texte sous forme de poésie parlant des maux de la société

moins humain, plus humains 


Si être humain, c'est ce que l'on est maintenant 

Alors il faut changer 

Tu vois bien que quelque chose ne va pas 

Le temps où tu ne savais pas, le temps de ton enfance, de l'innocence 

C'est finit, t'es condamné et ceux jusqu'à la tombe 

Au savoir et à la conscience de ce qui tentoure 

Maintenant tu as les deux yeux grands ouverts sur l'horreur du monde

Tu en viens presque à regretter de ne pas être sourd.


Sourd pour ne pas entendre

Les viols, les meurtres, les genocides, 

Les maladies qui chaque jour déciment 

L'inégalité des ressources, l'homophobie

C'est à croire que plus rien ne va par ici,

Espoir pour tous semble anéanti 

Car les riches s'enfoncent dans le gouffre du superficiel

Pendant les pauvres croulent sous le poids des famines.


On sait tous ça, mais apparement on a pas le temps 

On doit se préoccuper de nous, et ceux avant 

Que les autres nous piétinent.

Car oui c'est curieux, mais il semble que l'on s'écrasent les uns et les autres

Finalement, ici bas c'est chacun pour soi

T'as ceux qui survivent et ceux qui soignent leur confort

C'est qu'une question de hasard, à chacun son sort.


Et puis, qu'est ce que tu peux faire?

Devant tout ce mal-être 

C'est vrai, on est tous en train de s'entretuer 

C'est à en perdre la tête

On se sent tous si impuissant 

On a mal, et on souhaite

Essayer d'avancer en arrêtant ces pensées.


T'en fais pas, t'es pas tout seul 

Car finalement on est tous coincé entre hypocrisie et souffrance 

Mais, je sais pas, prends deux secondes, 

ça vaut la peine que t'y pense

Peut être qu'elle est là la délivrance 

Tous ensemble, on peut s'unir 

Et peut être de ce brouillard qui nous paraît infini 

Sortir quelque chose de meilleur

Avancer vers une lueur

Transformer cette faiblesse comme une force qui nous unit 

Puis tisser des liens, s'ouvrir 

Chacun les uns et les autres se guérir.


Finalement chaque petit pas compte 

Alors essayons, chacun de nous, d'être des gens bons

Et comme le battement du papillon qui entraîne la tornade 

Gentiment tu bats des ailes 

Jusqu'à ce que le navire s'envole

Tu crois que je suis folle ? 

Ce qui est fou, c'est de voir tout s'effondrer et de ne rien tenter. 


Moi je pense qu'on peut y arriver, 

Arrêter de s'entredéchirer 

Commencer à aimer, et aimer encore plus fort

Aimer sans condition, aimer jusqu'à la mort 

Je crois que c'est tout ce qui peut nous sauver.

Enfin cesser de creuser ce fossé ou l'on s'enfonce, et s'enfonce encore

Peut être même, si chacun de nous fait un effort 

Petit à petit commencer à remonter la pente.


  • Je pense qu'ils y a des gens qui s'aiment. Rien qu'un petit sourire peut faire du bien, à celui qui reçoit mais aussi à celui qui donne !
    Très bon texte !

    · Ago about 1 year ·
    Louve blanche

    Louve

Report this text