Mon Roi, Ma Reine - 1ere partie

crystaleye

Version Francais

Laissez-moi vous raconter une histoire d'amour qui s'est déroulée au début du XVe siècle, dans le royaume de Bourgogne. C'est l'histoire d'un roi et d'une reine, tard dans leur vie. Bien qu'ils aient été ensemble pendant tant d'années, c'était vraiment une histoire d'amour qui avait duré. Et d'être toujours aussi passionnés l'un pour l'autre si tard dans leur vie, témoigne de la force de leur amour.

Dès les premiers jours, à travers toutes leurs années et même jusqu'à la fin, leur histoire d'amour n'était pas un conte de fées typique. Loin de ça, en fait. Pas d'idéaux romantiques fantaisistes, pas des chaînes Lourdes entres eux. Ce qu'ils vivaient été une aventure.

Peut-être que la raison de ce succès était que les deux étaient assez extraordinaires. Elle était la fille d'un baron riche. Un statut important mais loin d'être aussi élevé que lui, qui était le fils du roi dans le royaume où ils vivaient.

Le jeune homme qui deviendra roi dans cette histoire a grandi avec bonheur en suivant les règles mises en place par sa famille. On s'attendait à ce qu'il soit marié à une princesse d'un autre royaume. Un mariage arrangé pour créer une alliance avec un voisin puissant. Mais à l'âge de 16 ans, il perd son père et devient lui-même roi et à partir de là, il commence à affirmer son propre destin.

La jeune femme qui allait devenir reine était farouchement indépendante grâce à son père, elle était habile avec une épée à l'âge de 14 ans et était devenue un maître d'armes bien reconnu à l'âge de 20 ans. Sa famille a essayé pour lui trouver un seigneur ou un chevalier convenable à épouser, mais elle les a trouvés trop loin en dessous d'elle, non seulement dans le combat à l'épée mais également dans ses autres passions. Elle était assez grande pour une femme, avait les cheveux noirs, les yeux marrons et – de toutes ses activités de plein air – une peau tonique, rare pour quelqu'un d'une famille riche.

Lorsque les deux se sont rencontrés, elle avait une vingtaine d'années et le jeune roi à peine sorti de l'adolescence, et il a été stupéfait par ses compétences à l'épée, au moins égales aux siennes. Pour sa part, elle était heureuse d'avoir trouvé un homme égal à elle en escrime. Et fut encore plus heureux lorsqu'il l'invita à être maître d'armes, ce qu'elle accepta sans hésiter. Une fois au château, le jeune roi s'entraînait régulièrement avec elle, la considérant comme la meilleure lame de son royaume. Grâce à cela, ils ont lentement découvert qu'ils partageaient de nombreuses autres passions, toutes deux très créatives.

Les assistants du roi continuèrent à chercher en vain une prétendante pour lui. Une fois une jeune princesse du roi de France est venue passer du temps au château. Le jeune roi passait ses journées à la courtiser. Notre jeune dame a l'épée a les repérés dans le jardin, riant et riant comme des petites filles. Oh, comme la vie peut être si cruelle pensa-t-elle. Pourquoi est-elle née dans un statut si modeste ? Le seul homme qu'elle ait vraiment respecté, et son statut était bien au-dessus du sien. La jeune princesse qu'elle observa avait tout pour elle, étant d'un charme et d'une beauté sans précédent, semble-t-il. Peu importe, qui a besoin d'un homme de toute façon ?

De son côté, il y a eu un moment où il a offert son épée à la jeune princesse de France, la princesse a été choquée.

“Sûrement, sa gracieuse majesté ne s'attend pas à ce qu'on tienne un objet aussi peu féminin ?” annonça-t-elle. Quelques jours plus tard, elle était partie, et lui en était content !

A peine était-elle partie qu'il s'adressa à ses assistants. "J'ai maintenant rencontré beaucoup des dames noblesse que vous m'avez présentée et pourtant aucune d'entre elles n'a allumé pas mon feu." Il a ensuite parlé du maître d'armes.

“Ah elle ?” l'un d'eux s'est exclamé " Elle ferait en effet une belle prétendante à un baron, ou un de vos chevaliers, voire à un comte…". Le jeune roi pouvait à peine cacher son dégoût.

"Je ne cherche pas quelqu'un pour elle, elle est plus que capable de le faire elle-même, je la considérais comme une prétendante pour moi…" son ton légèrement agacé.

“Oh, Sire, vous êtes roi, et vous pouvez prendre n'importe quelle dame comme vous le souhaitez pour être votre maîtresse…”

De l'extérieur, vous n'auriez pas su que la rage bouillonnait en lui. À l'intérieur, "ils s'attendent sérieusement à ce que je mette cette dame fièrement indépendante dans un placard en tant que maîtresse ?" pensa-t-il. Il avait vu son père faire de même. Oh, quelles règles pourries nous, les humains, faisons et sommes ensuite obligés de les respecter !

“Bons messieurs”, a-t-il affirmé, “je crois qu'elle ferait une belle reine”.

"Mon roi, vous être libre de votre choix, mais n'oublie jamais que le choix que vous faites, doit aussi être pour le bien du royaume."

"En effet, bons messieurs, en effet".

Il ne servait à rien d'en discuter davantage. En tout cas, il savait que cette fière dame à l'épée pouvait être tout à fait capable de lui refuser et il n'avait aucune envie d'enfermer qui que ce soit dans une vie de misère. Mais il faut briser la glace. Alors, il a décidé de proposer la question à cette dame, maître d'armes, ou comme il dirait, maître de tout ce qu'il aimait, lors de leur prochain entraînement.

Et ils s'entraînèrent, et c'est lors d'un désarmement à l'épée, il tomba soudainement à genoux et tendit une rose. D'un éclair, elle désarma également la rose de lui, pensant d'abord que c'était une dague avant de la voir pour ce qu'elle était.

Ils rirent tous les deux fortement, ils se regardèrent tous les deux avant qu'elle ne dise : “Mon roi… vous offrez une rose à une dame bien en dessous de votre statut. Comment se peut-il ?".

Le roi répondit : « Ma bonne dame. Pourquoi pense-tu que tu es en dessous de mon statut ? Je ne t'ai jamais vu que comme mon égal, encore mieux à certains égards…. Et au fil du temps, avec les moments que nous partageons, je suis tombé complètement amoureux de toi…. Et tant que vous n'y êtes pas obligé, deviendriez-vous ma reine ? » Il s'arrêta en regardant la dame réfléchir.

“Mon roi… et cette charmante princesse qui est partie hier…. La princesse dont toute la cour parle…”

"Ma Dame, aussi charmante qu'elle était…" il s'est arrêté pour choisir ses mots avant de continuer “elle était…. en dessous de moi !”. Ils ont un peu ri. Toujours à genoux, il souriait doucement et avait même l'air un peu nerveux mais au fond de lui, il voulait juste l'attraper, la serrer contre lui et être passionné avec elle. Il pouvait facilement le faire en tant que roi, mais il la respectait.

"Mon roi…" Avec des larmes qui lui montaient presque aux yeux. Comment était-ce possible ? Le seul homme qu'elle n'ait jamais trouvé être son égal, le roi de tout le royaume, voulant quelqu'un bien en dessous de son statut, lui faisant maintenant une déclaration d'amour pour devenir sa reine. Mais le regard entre eux devint plus fort et plus intense entre eux et ils commencèrent à se rapprocher l'un de l'autre. Leurs visages sont devenus moins formels, un sourire ironique est apparu sur le visage de jeune dame. Pour lui, elle était si belle, sentait si bon et pourtant stimulait son esprit comme aucune autre. Le feu s'allumer.

Il s'est levé et ils se sont tenus par les bras avant de dire doucement "Ma reine", puis de s'agripper et de s'embrasser soudainement passionnément. Et alors qu'ils commençaient à s'explorer, ce fut le début de leur aventure amoureuse…

A SUIVRE….

Report this text