Naissance du poème

Serge Boisse

Comment décrire l'écrire ! Comment écrire en créant, et créer en écrivant, tel est le lourd fardeau du poète ! Ce petit poème tente cette mission impossible.

Or voici que le poète, orange,

Sentant en lui comme un souffle brûlant,

Accouche d'une bête étrange

Et salue les longs hivers incandescents

 

Au plus profond de son être mystique

S'agitent de grands tourbillons d'azur étincelant

A la vue du monstre horrible et fantastique,

Du fruit de sa chair de son âme de son sang

 

Et dans la nuit qui lentement se fige en cristaux statiques

S'agitent de grands tourbillons d'azur étincelants,

Un immense spasme de terreur secoue tous les êtres vivants

A la vue du monstre horrible et fantastique !

 

Le poète alors maudit son propre sang

Et dans la nuit qui lentement se fige en cristaux statiques

Un immense spasme de terreur secoue tous les êtres vivants

Le poème déchu est noyé dans sa fange électrique !

 

L'être mystique est un vampire pénétrant

Le poème déchu est noyé dans sa fange électrique,

Et le poète s'éloigne en agitant dérisoirement

Ses longues, ses lourdes ailes de géant et de plastique !


Report this text