Nantoka iki

Christian Lemoine

Voyez-vous, nous avions des cachettes pour subjuguer vos décisions arbitraires, alors même que voilà comment nous étions : malléables, mais réfractaires. Sous vos ordres catapultés comme vos regards graisseux. Nous cherchions des diamants dans les débris des coques écrasées, l'œuf bleu désappris de l'envolée noire, inutile nacelle ou massacre de l'innocent. Vous n'en saviez rien mais prétendiez discourir sur la source des fleuves. Quelle ironie ! que ce soit à vous que revienne de baptiser l'indicible, quand vos pieds ne foulent sur leur chemin que langues détruites. Mais nous, défroques de saltimbanques, ne nous accrochions aux arêtes que pour pervertir votre évangile. Sagaces, nos épousées tissaient jour et nuit, mantille sombre des veuvages, alors que nous courions encore sous le faix des aurores excessives. Et vos giroflées cinglaient, aussi arides que le gel. Nous savons certains, que vous avons dû sacrifier pour les préserver de la survie des tombeaux. Vous en savez le goût âpre, la liqueur épaisse presque coagulée déjà quand les premiers de vos mercenaires les inventaient sous le piètre tumulus d'orties et de succulentes. De votre banquet, de nos famines, brandons ardents pour la convulsion issante de la gueule des cerbères.

Report this text