Ô flemme, ô farniente, ô procrastination amie!

nuances

Corneille revisité par une entrepreuneuse surbookée

Ô flemme, ô farniente, ô procrastination amie,

N'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie,

Et ne suis-je entourée de tant de gens sympa,

Pour ne les voir qu'une fois tous les trente-six du mois?


Ô cruelle persévérance de ma motivation,

Oeuvre de tant de jours, encore si préservée

Nouvelle Damoclès au-dessus des passions

Rampe de décollage à la piste allongée

Faut-il de ton éclat, choisir de se priver?

Ou est-il possible d'encore te vénérer,

Tout en laissant briller entre toutes tes actions

La légèreté précieuse du désœuvrement?

Report this text