Oeuf à la coque

pacemaker

-       Salopard !

J’évite de justesse une paire de talons Chanel - 350€ - en me cachant derrière la porte du frigo.  Elle a tiré depuis la mezzanine qui donne vue sur le coin cuisine que j’occupe. Je reste à l’abri pour éviter un nouveau projectile, un sac à main Hermes - 440€ -. En jetant un coup d’œil à l’intérieur de mon frais protecteur, je remarque une boite d’œufs, ce qui me rappelle que j’ai faim. Malgré l’hostilité ambiante je décide de prendre le risque d'un casse-croûte improvisé.

-       Je te hais.

Un vase ming – faux (ouf) - s’écrase à quelques centimètres de mon bras lorsque je tente une sortie vers la cuisinière. Par un enchaînement de gestes rapides et habiles je remplis une casserole et la place sur une plaque vitrocéramique qui venait d’essuyer un feu nourri de bijoux précieux. Je ramasse les quelques diamants qui trainent - 16 500€ - et les place à l’abri dans ma poche.

-       Chérie tu es hystérique, dis-je calmement au creux d’un soupir assumé.

-       Ma va funculo !

-       Mouais. Sinon, tu veux un œuf ?

La réponse m’est parvenue sous la forme d’un vol de produits de beauté en rase-mottes - 2 400€ - dont l’un, un flacon de parfum « Angel » s’est échoué sur ma tempe droite. Je fais tout pour me calmer en me concentrant sur ma cuisine. Je ne peux cependant pas réprimer une petite réflexion sur le thème de « pourquoi ai-je épousé une italienne ? ».  Je traverse notre cuisine américaine pour me diriger à nouveau vers le frigo. En haut le silence est revenu.

Enfin presque, tout en ouvrant la porte pour récupérer les deux œufs restant dans la boite je perçois du fatras en provenance de notre chambre. On met tout sans dessus dessous. Je soupire en pensant au rangement à effectuer ensuite et reviens vers le plan de travail en faisant écran de mon corps devant les œufs en cas de reprise des hostilités.

Une fois parvenu à bon port, mes précieux aliments sains et saufs, je me munis d’une cuillère à soupe nécessaire à tout connaisseur de l’art millénaire de la cuisson des œufs à la coque. Je prépare le minuteur, que je règle sur trois minutes. Pas une seconde de plus. L’eau bout. J’introduis les œufs dans le liquide, après les avoir chacun trempé dans la cuillère remplie d’eau chaude. Cela sert à acclimater les aliments à la chaleur afin que la coquille n’éclate pas au cours de la cuisson. Une fois la savante manipulation menée à bien j’enclenche la minuterie. Tout cela est très précis. Si on lance le minuteur avant d’immerger les œufs ils seront trop crus. Si l’on attend trop ils seront presque durs.

Du bruit sur la mezzanine. Une énorme valise Gucci – 1 200€ - s’échoue non loin de moi. Elle est pleine de vêtements. Le nécessaire habituel: quelques robes, des sous-vêtements, une trousse de toilette énorme - 12 000€ - ; puis un manteau et une nouvelle valise (celle pour les chaussures) viennent me rejoindre - 5300€ -.

1 min 30. Je commence à perdre le compte, même si j’ai l’habitude des gros chiffres. Elle descend rageusement les escaliers.

-       Je te déteste ! Je te quitte ! Elle pleure abondement.

-       Chérie, calme toi.

Je ne quitte pas la casserole des œufs, à l’affût du moindre soubresaut suspect des coquilles.

-       Regarde-moi ! Tu n’as pas honte de ce que tu as fait ?

Elle tient une robe Saint-Laurent dans la main droite - 2700€ -

-       Franchement. Non.

2min 30. C’est un déluge de larmes désormais.

-       Tu es un monstre ! Un monstre horrible !

2 min 41. Le stress monte. J’empoigne la cuillère à soupe. Il faudra être rapide. Je prépare mes coquetiers plaqués or, prêts à recevoir les précieux mets. Elle empoigne ses valises.

-       Comment ais-je pu croire que tu m’aimais ? Hein ?

-       Je sais pas.

2 min 55. Je suis prêt à dégainer l’argenterie.

-       Tu le sais bien pourtant que je fais du 4 et pas du 6 ! Dit-elle en m’envoyant au visage la robe que je lui avais offerte vingt minutes plus tôt, après avoir laissé tomber l’une de ses volumineuses valises.

La porte claque. 3 minutes, cuits à la perfection.

Parfois le bonheur c’est simple comme deux œufs - 1,5€ -.

Report this text