Paradis à louer

Troma Oz

Venez à moi mes frères

Laissez-moi vous guider

Il n'est besoin de nulle prière

Pour joindre la communauté

 

Glissez votre carte d'adhérent

Tapez les chiffres sur le clavier

Et apparait en un instant

Le saint souverain adoré

 

Après une vie consommée

À vous faire guider vos envies

On vous accueille à bras fermés

Dans le troupeau des repentis

 

Bienvenu au jardin des dettes

Le paradis des hommes pressés

Pour vous délecter de mes miettes

Il vous suffira de signer

 

J'suis pas la première invention

À devenir une religion

Les dieux ne sont plus de saison

Je suis votre seule ambition

 

Bienvenu au jardin des dettes

Le paradis des hommes pressés

Pour vous délecter de mes miettes

Il vous suffira de signer

 

Venez admirer mes églises

Et leurs beaux fonds d'investissements

Car même lorsqu'elles miment la crise

Moi j'en ressors toujours plus grand

 

Mon sacre vous est imposé

Les idées ne sont que vestiges

Toute la planète m'a adoubé

Aujourd'hui c'est moi qui dirige

 

Il n'y a pas de marche arrière

Admets toi aussi que tu m'aimes

Dire ou même penser le contraire

Est un grave pécher de blasphème

 

Bienvenu au jardin des dettes

Le paradis des hommes pressés

Pour vous délecter de mes miettes

Il vous suffira de signer

 

Ce n'est plus la peine de lutter

Ou de jouer aux mécréants

Vous finirez tous par prier

Juger vos vies sur leur montant

 

Grâce à mes quelques messies

J'ai déjà acquis vos enfants

Ils sont le prix de vos crédits

Dans mon univers dominant

 

Bienvenu au jardin des dettes

Le paradis des hommes pressés

Pour vous délecter de mes miettes

Il vous suffira de signer

 

Bienvenu au jardin des dettes

Le paradis des hommes pressés

Et pour faire fructifier mes miettes

Il suffira de vous saigner

 

 

Report this text