Patriarche

Jean Claude Blanc

en reste encore de ces durs à cuire, dans nos campagnes isolées mais préservées heureux d'en être en cette période mortelle

                                     Patriarche

Le doyen du patelin, à l'âge mathusalem

Campé sur son bâton, ausculte au loin la plaine

Malicieux et pensif, patron en son domaine

Bien né, en bonne santé, pour nous, reste un dilemme

 

Rompu, et déglingué, par sa vie de carême

S'empiffre des coups de rouge, toute sa sainte semaine

Avec des pauvres loques, à la même dégaine

Solidaires tournées, chacun remet la sienne

 

Vétuste homme de peine, a encore la vue juste

N'en a que pour ses potes, pour la plupart incultes

Rapiécé son veston, à l'aise dans ses frusques

En digne patriarche, de son passé s'illustre

 

A enterré son monde, ses regrets, ses soupirs

Même qu'il prie le ciel, pour aussi en finir

Derrière lui l'avenir, à la tombe, il aspire

Mais sa mémoire recèle, de tas de souvenirs

 

Chez les grognards du coin, est franche la rigolade

Car en pur auvergnat, choisit ses camarades

Ça amuse les gamins, de lui faire répéter

Ses anciennes aventures, chaque fois plus fabulées

 

Se plait à raconter, son long périple sur Terre

Ses forêts, ses pacages, ses déserts de genièvres

A tant trainé ses guêtres, qu'il savoure sa retraite

Cadavérique squelette, n'a plus le geste alerte

 

Ses années de jeunesse, n'en retient que des miettes

Pas assez profité, souvent, il le regrette

A force de se priver, de plaisirs et de fêtes

Brave homme besogneux, a bien payé sa dette

 

Sourcier de son état, il n'en fait jamais cas

On vient le consulter, pour le moindre coup de froid

Il invoque les nuages, pour y chercher la foi

Déversant ses prières, d'intraduisible patois

On en repart guéri, jusqu'à la prochaine fois….

 

Le « Guste », on l'appelle, allez savoir pourquoi

Patriarche lucide il n'en fait qu'à sa loi

Pour lui faire plaisir, à ses miracles, on croit

Même les plus mécréants, se fendent d'un signe de croix

 

Fertile en légendes, des contes d'autrefois

Discrètement le consulte, mais ne m'en vante pas

Lui dois, mes inepties, que je vous sers tout bas

Artiste en est l'auteur, normal, lui cède mes droits

M'est cher mon patrimoine, des Monts du Livradois

De montagnes, cerné, et aussi d'hommes des bois

Compagnon éternel, du Sieur Henri Pourrat

« Gaspard des Montagnes », demeure ancré en moi

 

Ambertois à besace, avec pipe et chapeau

A trainé ses galoches, pour se hisser là-haut

Sur les sommets de bruyères, offerts sur un plateau

Tirant les vers du nez, des rustres péquenots

 

Mon patriarche à moi, raisonne en mes pamphlets

Quand j'ai l'humeur maussade, je vais m'y requinquer

Son âme bienveillante, m'incite à rêvasser

Ainsi naissent mes chimères, avides de briller

 

Des « Gustes », on n'en fait plus, à jamais disparus

D'en reprendre les mimiques, c'est devenu ardu

Ça a goût d'amertume, ne pas savoir parler

Le patois en français, gâche l'authenticité

 

A mon tour patriarche, j'atteins l'âge béni

Issu du 20ème siècle, de bruits et de folies

Faire les fonds de tiroir attise ma nostalgie

Recueille parlantes missives, aux images jaunies

 

Sur mes cimes ventées, aux folles sources bavardes

Je cherche encore mon graal, inutile bravade

Veilleur, j'attends l'aurore, de m'en abstraire me tarde

Craignant que le progrès, m'abêtisse par mégarde

                                                                  

C'est pas sur internet, qu'on apprend les vertus

Les valeurs humaines, de ces temps révolus

Campagnard endurci, incognito, j'écris

En poète fidèle, pour flatter mon pays

 

Patriarche bienheureux, se rit des temps modernes

La passion et la gloire, que de sottes balivernes

Ne se fie qu'à lui-même, pour voir le temps qu'il fait

Penché à sa fenêtre, s'éclaire la vérité

 

Bougnat ébouriffé, avare de paroles

Voûté, la tête basse, n'ignore pas son rôle

A l'art divinatoire, mais se tient à l'écart

Embrassades, ronds de jambes, ce n'est pas trop son genre

 

Sauvons, je vous en prie, nos dignes provinces de France

Nous laissons pas guider, selon les circonstances

Y va de nos coutumes, particulièrement la chance

D'en poursuivre l'histoire, qu'on lègue à notre engeance

Elevons nos enfants, afin qu'ils prennent conscience

Que c'est à leurs aïeux, qu'ils doivent leurs connaissances     JC Blanc août 2019

Report this text