Petite chatte

marivaudelle

Griffes rentrées ou sorties, la chatte miaule. Il m'arrive de ronronner lorsque je me parle.

Marie est chatte jusqu'au bout des envies.
Petite chatte Marie est poudrée, fardée, parée.
Elle s'est faite pour lui.
Elle aime se faire, pour lui, celle qu'elle est au plus profond.
Elle le veut. Romantiquement.
Elle le veut guide et poète et chevalier et maître et séducteur.
Elle se veut amoureuse et soumise et rebelle et inspiratrice.
Elle veut rutiler son dard.
Quand il bandera, elle vivra.
Quand il bandera, elle se sentira démente.
Elle le veut tellement qu'elle le tatouerait
d'un baiser rouge autour de sa queue,
pour qu'il soit marqué à jamais d'elle. 
 
Depuis des jours et des semaines, Marie a des picotements dans ses entrailles.
Ce sont parfois des brûlures tellement fortes qu'elle en a comme des rougeurs sur le ventre.
Elle ne veut surtout pas toucher entre ses jambes de peur de flamber.
Elle ne veut pas non plus toucher ses seins qui bandent et qui sont gonflés d'envies. 
Elle a la sainte folie de se réserver pour lui, son matou.
Petite Chatte Marie attend d'être entre ses mains.
Elle veut se sentir dévouée et l'adorer comme il le veut
et uniquement comme il le veut.
Son corps l'appelle depuis des lunes.
Depuis des jours et des jours, brûle sa lune.
Elle lui montrera combien il lui a manqué,
combien son sexe est plein de vie nocturne et de foutre chaud.
Quand viendra-t-il ? Elle l'attend, dans la solitude nocturne de sa chambre,
Elle l'attend, dans le feu de ses envies,
sur le carrelage frais du couloir.
Prête. Apprêtée de son plus beau corset noir, ses bas soyeux et ses talons aiguille.
Prête à lécher son plaisir. Prête à sucer son os.
Prête.
Petite Chatte Marie guette avec ferveur la porte comme s'il était question de vie ou de mort.
Mais la porte reste fermée.
Alors que ses portes sont grandes ouvertes.
Report this text