Petites bohémiennes

onizuka

Aux petites bohémiennes de mon école
Dont parfois les différences les isolent
Moi je vois la liberté dans vos sourires
Dans votre manière de sauter, de courir

Vos larmes inquiètes quand vous êtes séparées
Sont des bijoux de pureté dont vous vous parez
La puissance qui émane de vos liens familiaux
Est un beau fruit juteux autour de son noyau

Aujourd'hui, on unifie, on ne pardonne
Plus d'etre un autre, moi je n'abandonne
Pas l'envie de vous laisser mâcher vos mots

Soyez libres et vous même dans l'enfance
Votre identité a bien plus d'importance
Que d'etre fidèle à tous les autres marmots

Signaler ce texte