Pierres précieuses

Yasé 222


Défier les horizons, les mers et les poisons

Voguer sans relâche, souiller la débâcle

Les désirs inavouables, les envies immuables

Laisser place aux regards

Aux éternels espoirs

Oh pierres précieuses ! Écorche ma route

Qu'elle s'enivre symétrique à mes songes extatiques

S'émouvoir d'un lagon, d'une peau, d'un prénom

D'un reflet silencieux, d'un zéphire   langoureux

De la magie d'un lac qui sous la nuit opaque

Reflète majestueusement l'éternel firmament

Ce ballet pailletté de nos sœurs étoilées

Report this text