Poème aux pronoms

Jonathan Penglin

Poème en strophes de six vers, avec un pronom personnel sujet par vers, dans l’ordre habituel. Pentasyllabes, octosyllabes et alexandrins.

Je suis arrivé

Tu n'étais pas né

Elle te l'a conté

Nous étions pressés

Pourquoi vous riez ?

Ils l'ont enlevé.


Est-ce que je sais pourquoi je crie ?

Est-ce que tu sais pourquoi tu ris ?

Sur Terre on est que des fourmis

La nuit nous rêvons de nos vies

Puis un jour vous serez ici

S'ouvrent les portes de la folie


Je ne sais plus quoi faire, je ne sais plus quoi dire

Tu ne peux que te taire, toi qui prédis le pire

Il restera aux fers, il mourra sous les rires

Nous danserons, nous compères, nous noierons de sourires

Vous chanterez, vous les fières, ne serez pas martyres

Adieu faces austères, elles n'auront qu'à périr.

Report this text