Poudre de mots

Francis Etienne Sicard Lundquist

Sonnet

Aux froissements bleutés de la mer qui croupit

Sous la cendre d'un jour enrobé de vanille

Des galets de soleil cachent sous leur guenille

Un gouffre de satin où le temps s'assoupit.

 

Une lèvre de soie embrasse sans répit

Le sable barbouillé d'un rouge cochenille

Et caresse le ciel dont l'humble chiquenille

Fuse comme de l'or que le sel rechampit.

 

Un vase de porphyre oublié par l'orage

Verse sur les rochers des ombres de cirage

Empruntant à la nuit un bout de baldaquin.

 

Quelques brindilles d'air se mêlent au murmure

D'un lointain soupirail puis d'un geste taquin

Déshabillent l'étang du poids de son armure.

  

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2017@Shortédition

Report this text