Président de moi

Thierry Kagan

- Monsieur, notre collaborateur est diplômé d'une grande école de commerce et passe sous peu le barreau de Paris.

Et ce qu'il a fait pour vous, c'était moitié moins cher qu'à l'accoutumée.

 

- Alors en fait, moi aussi, je suis collaborateur, Monsieur. Sans diplôme et c'est pas ça qui m'empêche de faire le boulot qu'on me donne, même pour un paquet d'oseille qu'est aussi petit que votre déni est gros. Je suis ravi que votre bonhomme soit fort en différentielles et en alexandrins de mes 2, mais dans le cas présent, il était censé repasser mes chemises, nettement et à l'endroit et je pense que pour cette mission-là, précisément,  il repassera.

Même gratuit, c'est pas possible ce qu'il a fait. Et ses diplômes ? Mes chemises, leurs cintres et moi-même, on s'en contrefiche, voyez vous ?

 

- Oui, mais… voyez-vous… c'est le fils du patron.

 

- Eh bah, le fils du patron, avec le fer… i' sait pas faire.

Je ne lui en veux pas – comme je ne peux en vouloir à un frisé d'être frisé, ou à une forte poitrine sans charme de s'inscrire d'elle-même au poitrimoine de mon humanité – je ne lui en veux pas mais je ne paierai pas un sesterce pour ce travail de demi-stagiaire, peut-être mal rémunéré mais qui doit bien piquer dans les fouilles de papa quand ça lui chante.

 

- Ne vous énervez pas, Monsieur. Nous allons trouver une solution…

 

- Elle est toute trouvée, la solution, Monsieur : soit j'ai mes chemises repassées bordel de Dieu, à l'endroit et pas à l'envers, et sans polygones irréguliers dans le dos, ni dodécaèdres bancales aux épaulettes, soit, le fils du patron, je le bouffe et vous avec, mais vous, avant, je vous fourre tout le système de chauffe, planche comprise, où je pense et quand je pense, ça peut faire mal par où ça passe.

Voyez-vous ?

 

Il avait vu.

Et il se trouve que… moi aussi, j'avais vu.

Mais pas la même chose.

 

Je me suis calmé, j'ai pris les chemises telles quelles, j'ai payé moitié du moitié prix qu'il voulait me faire - parce que faut quand même pas déconner : on est des vaches à lait, mais quand y a tonnerre, le lait, il caille - et la vision, j'en ai fait un business plan.

 

Et maintenant ?

Bah… vous me reconnaissez ?

Vous me reconnaissez ! C'est pas une question !!!

Les chemises mal repassées exprès, à l'envers, avec plis polygonés et polyèdriques, je les vends dans le monde entier.

C'est moi le patron !

Y avait les pantalons à trous.

Eh bien maintenant, y a les chemises plissées où il faut pas.

Un carton, ça fait.

Même des dizaines… de milliers… de cartons !

Mes 2 bidules à mi-corps qui pendouillent après tant d'années à jouer avec, seul ou avec des copines, en or massif et ding-dong qu'elles font, quand j'éclate de joie à la vue de mon compte en banque.

 

Alors bien sûr, depuis que j'ai un max de blé, on me courtise, on m'adule, on me rancarde.

Ça ne me déplait pas !

 

Ceux qui ont le plus de chance avec moi, eh bien… pour ne pas fâcher le sort,  ce sont ceux qui savent le mieux… retourner leur chemise.

Ceux qui me la faisaient à l'envers, les pas fiables, toutes les vestes que je me suis prises, les créanciers, les débiteurs… tous ceux qui me les cirent maintenant dans leur sens inverse d'antan, je les arrose.

 

Comme je suis président directeur général, j'fais ce que je veux !

 

Bon, c'est vrai…. Il m'arrive aussi d'être généreux avec… ceux qui l'ont toujours été avec moi.

 

J'suis pas fana.

Mais j'suis l'patron… j'fais c'que j'veux !


Report this text