Profane

lala

Lui  Profane la raison et blesse le corps

Sous ma patte, ta peau s’enlace et se corrompt dans l’effort

Elle Et dans le creux de ces sillons

Lui Une langue se répand

Elle se vide

Elle Je suis le profane

Lui Profaner ta gorge pour aimer ton verbe

Profaner ta gorge pour n’être qu’une seule voix

Elle Dans les bas fonds de mon âme, entends ce cri

Je t’aime à me dévorer

Choeur Proférer le noir pour qu’il se perde

Archanges Dans le ciel clair Enveloppez mon empreinte

Pour que je glisse Pour que je profane

Pénétrer dans ton antre pour que de mon âme, de mon corps Tu me sublimes

Profane Je me glisse à travers tes éclats de vers

Choeur Ta bouche Ta nuque Ton ventre vide

Lui Entre tes boucles Une fièvre emportée

Profane mon repos

Tu profanes mes artères

Elle Et dans tes courbes Je déforme les déserts

Tremper mes lèvres dans cette source

Lui Hier Ma terre profanée par les vipères

Elle Hier Ma gorge sèche

Je sens la rage de vivre Mon sang qui perfore les contrées interdites

Lui Une main sur ce cou Une patte à peine profane

A pleine gorge J’expulse ton nom

Ne jamais t’oublier

Elle Je t’aime à me carnivorer

 Choeur Proférer le noir pour qu’il se perde

Archanges, dans le ciel clair, enveloppez mon empreinte

Pour que je glisse Pour que je profane

Pénétrer dans ton antre pour que de mon âme, de mon corps, tu me sublimes

Profane, je me glisse à travers tes éclats de vers

Choeur Ta bouche, ta nuque

Elle Prophète de mes nuits

Lui Tu perfores mon repos

Profanes

Elle Ignorez les usages du temps

Lui Profaner l’horloge et anéantir ses aiguilles

Elle Pour s’aimer à pleine gorge

Lui Profane la raison et blesse la mort

Choeur Sous mon ciel, t’embrasser

Se laisser emporter dans cette valse

Avaler la brume et ses orages

Sous mon ciel

T’embrasser

Je t’aime à me dévorer les pattes

Lui Profaner les sanctuaires pour te porter dans ces jardins lointains

Elle Au sommet de mon crâne, une forêt de fleurs

Lui Les cueillir pour t’offrir ces parfums, ces couleurs

Elle Profaner mon âme pour qu’elle se glisse sous ta paume

Lui Prononcer ces mots infinis Mon cœur scellé à ta langue

Choeur T’aimer à me dévorer

  • Texte très poétique et inspiré. J'aime bcp le duo et le choeur en écho.
    Bravo!

    · Ago over 8 years ·
    Default user

    bibette

Report this text