Rage dedans (extrait)

jeanduvoyage

Crise existentielle. Oeuvre complète sur https://www.atramenta.net/lire/rage-dedans/41785

Je  rentre  dans  mon  trou  en  plein  centre ville.  Un  appart  minable  à deux  pas  du  Peyrou  que  je  partage  avec  un  pur  produit  cosmétique  : une  Montpellierreine,  une  vraie  comme  on  les  aime.  Plaisir  des yeux,   affront   intellectuel.   A   mon   sens,   elle   incarne   l'esprit surpuissant  de  la  superficialité.  Elle  est  chiante,  presque  attachante, pathétique,  sexy,  attendrissante,  hypocrite  et  arriviste.  On  l'est  tous plus  ou  moins,  elle  est  ordinaire  en  fait.  Comme  le  disait  mon  ami Georges  Abittbol  avant  de  casser  sa  pipe  :  «  Monde  de  merde.  »3 J'entre  dans  ce  chez  «  elle  »,  et  d'entrée,  cette  pute  me  tombe  dessus. Elle  gesticule,  la  chance  était  de  mon  côté  :  mon  cerveau,  habitué  aux situations  de  crise,  se  met  en  mode  défense,  des  petits  symboles apparaissent  devant  son  jolie  maquillage,  ils  sont  bleus,  rouges,  verts, même  jaunes  et  ils  rebondissent  dans  la  pièce.  Bill4  fait  du  bon  taf,  il s'est  emparé  de  la  quasi  totalité  du  marché  mondial  et  d'une  partie  de mon  subconscient,  belle  réussite  !  Entre  ces  mêmes  symboles,  elle  se donne  du  mal  à  ramasser  des  cadavres  de  toutes  sortes  allongés  dans la  pièce  :  Heineken,  Kronenbourg,  Leffe  et  je  passe  les  cadavres d'origines  antillaises  ou polonaises. Après  ce  balai  irréel,  elle  disparaît  dans  son  antre  en  claquant  la porte  avec  rage.  Je  coupe  l'économiseur  d'écran,  et  je  veux  dire  un truc,  mais  elle  est  partie,  alors  je  me  roule  un  autre  joint.  Je  jette  un regard  maladif  sur  mon  portable  qui  n'avait  pas  émis  de  son  depuis trois   jours   déjà,  matérialisation   de  ma  mort  sociale,  j'écrase  à nouveau   mes   pauvres   gencives   qui   commencent   à   me   faire atrocement  souffrir.  Je  mate  l'heure,  il  est  dixsept  heures,  et  je  sais pas  quoi  faire  de  ma  peau. 

L'ennui…  quelqu'un  auraitil  dit  un  jour que  la  solitude  est  une  affaire  de  gens  seuls  ?

Report this text