Retour du Frère (suite)

vionline

Guidez-moi, Sainte Mère
Je vous implore en cette nuit.


Mon Âme-Frère, l'enfant torturé revient.
Faut-il que je l'accueille ?
Lui ouvrir ma porte ?
Lui que jadis j'avais chassé de ma maison ?

Il traîne derrière lui
Le fardeau de ses addictions lui servant de muses,
M'invite à nouveau au festin, aux fêtes macabres.
Je me sens démunie
N'ayant plus rien à lui offrir.

 

Marie, aidez-moi.
Je peux sentir toute proche
Sa froideur et les tourments qui le malmènent.
Ils ne pourront que redevenir les miens...

Le fils renié, l'amant rejeté, l'homme assassin
Me supplie de le laisser entrer.
Ma Mère, il vous a tant insultée
Et moi tant condamnée au silence.
Mon Frère a défié Notre Dieu
Son nom seul provoque la crainte.
Est-il toujours le même animal menaçant et apeuré ?

Montrez-moi la voie, le chemin de réflexion
Qu'il me faudra prendre.

Déposez votre bienveillant baiser
A ce front enragé, à cet esprit noir
Dont je partage le sang.
Qu'il trouve l'Amour à votre Lumière.


Et qu'il ne m'y jette pas
Comme il y massacrerait
Un bombyx affolé et ivre.


***

 

Il ne m'y a pas jeté,

Juste montré le précipice

Une fois, deux fois, trois fois, quatre fois.

Malheur à moi, je crois aux signes

Que lui seul en riant me mime

Singeant une plausible vérité

A toujours remettre en question.

Du doute aux certitudes

De fausses preuves aux vraies suppositions

Suppôt de Satan

Tu me fais passer de l'un à l'autre

Et j'y consens, le cœur tourmenté

 

L'enfer est dans tes yeux

J'y plonge de plein gré

 

 

« Pour sauver l'autre côté ! 

Si tu es sage, je les laisserai tranquilles »

 

 

« Sauf que tu n'épargnes jamais personne ! »

 

 

« Si ce n'est Toi, finalement… 

Je te retiens toujours ! Sois honnête !

Lorsque tu tombes, puis qu'hébétée tu te relèves,

Quand tu te cognes et reprends tes… Tu as toujours cette phrase

Délectable : « Cela aurait pu être pire »

Nous verrons bien… d'ici une semaine…

Des fois qu'encore, ma jolie mante,

Tu mentes et que de nouveau tu changes… »

 

Je tombe à tes genoux

« Par pitié ! ».

 

« Moi, debout. Moi debout. Caressant tes cheveux en bataille…

Non… Ma… Sœur… N'ajoute plus rien… Qu'il se rende compte de ce que tu essayes de faire

Pour le protéger ».

Report this text