Rivages

irae

Ô les chiens battus cousus à même les linceuls

n'ont qu'à traîner sur des parcelles d'hospices

ou la mort se pend d'ennui

 

Quand la crainte des rivages palpe les chairs

allez, partons voir d'autres mers

 

Là s'offre un bouquet de gravier en habit de força

mieux vaut être deux pour ne pas mourir

il faut s'aimer, voilà qu'on traîne      

 

Quand la crainte des rivages palpe les chairs

allez, partons voir d'autres mers

Report this text