Scission

Christian Lemoine

Palabres et débats dans l'assemblée réunie depuis jours et nuits. Négociations sur compromis, échéance ultime, accord ou non, tant de moments indécis dont pouvait naître aussi bien le soulagement que la plus angoissante déception. On se souvint de la parole faite pour tromper, qu'on versa si onctueuse sur l'esprit d'un peuple désorienté qu'il y crut voir son salut et le retour d'une souveraineté qui n'avait peut-être jamais été aussi vraie que dans sa propre légende. « Dieu et mon droit », la devise irradiait toujours les esprits quand les parlementaires reclus dans l'hémicycle y clamaient haut et fort leur fidélité à la couronne. Les engagements des dirigeants s'étaient perdus, sans plus de valeur qu'un paraphe ectoplasmique, et pourtant tous faisaient semblant d'y croire, s'y réfugiaient, au mépris même de la parole donnée aux électeurs et au risque d'en blesser plus d'un, quand la réalité de ce jeu de dupes éclaterait dans ses plus désastreuses répercussions. Mais pour l'heure, ils s'enivraient tous de leur euphorie.

Report this text