Self-love en défaille

uva-sauvage

J'ai les pores caoutchouteux                                            
Par l'incertitude de vivre
Que je mâche avec mécanique
Douloureuse

Sans oser demander
À celui qui me sublime
Si j'existe
vraiment

Comme une insulte qu'on regrette
Plutôt qu'un trou
Creusé pour tomber dedans

J'ai les veines qui m'éclatent
en bouillie acide
Tout le sang que j'ai souillé
à penser trop fort

Avec pudeur je camouffle,
je cache l'intrusion de mon corps
malade par l'anesthésie du cœur
que j'ai acceptée
À en vomir des nuits
À en pleurer mes jours

La barrière du temps
me couvrait la lumière
à s'en avaler l'existence,
Et maintenant je me demande
si une amitié est née,
Si la libération de mes pores
est une prophétie
que je peux suivre
et que je suis

Maintenant je me demande
ce que j'en fais
des cubes de malheur
qui ont fondu sous le soleil,
J'ai peur de les voir revenir
J'ai peur de leur goût acide
sur ma langue sucrée renaissante
et de perdre les sens à nouveau,
quand ils s'étaleront,
quand ils m'attacheront toutes les portes du cœur
avec des chaines mortelles

Pourquoi chercher à prévoir
l'incertitude de l'âme
et ses reflux amers

Lorsqu'en réalité,
tout ne repose que sur un choix
tout ne repose que sur mon choix

On ne m'a jamais appris à m'aimer,
mais je peux le faire

Je vais le faire.

 



Report this text