SIEMENS, Actionnaire principal du génocide des Indiens d'Amazonie !

akhesa

Barrage de BELO MONTE : lire et agir ...


BELO MONTE, CE BARRAGE QUI DÉTRUIT LE COEUR DE L'AMAZONIE - COMPLICITÉ D'ÉCOTERRORISME POUR L'ALLEMAND SIEMENS


Siemens et son PDG Joe Kaeser dans la Grande Boucle du Xingu pour construire Belo Monte : "Raus!" (dehors !)

ACTION URGENTE PLANÈTE AMAZONE

Sans la technologie européenne Belo Monte sera paralysé : exigez du PDG de Siemens, Joe Kaeser, le gel des livraisons de ses équipements tant que le chantier se poursuit en violation des droits des peuples affectés.

»--§--«

Pour participer à notre action urgente, il suffit d'envoyer par email une lettre-type personnalisable au PDG de Siemens. Merci de suivre à la lettre les instructions détaillées dans cet article.

 

à télécharger :


LETTRE-TYPE À DESTINATION DE JOE KAESER, PDG DE SIEMENS : format .TXT / format .DOC

RÉCAPITULATIF DES VIOLATIONS AUX DROITS HUMAINS DU BARRAGE DE BELO MONTE

VISUEL "STOP BELO MONTE! - SIEMENS"


 Pour participer à l'action urgente de Planète Amazone :

1) Partagez le lien de cette page auprès d'un maximum de personnes et sur les réseaux sociaux (http://raoni.com/actualites-839.php)

 
2) Utilisez notre lettre-type au format .txt ou .doc (à télécharger ci-dessus) et remaniez-la à loisir (facultatif) avant de l'envoyer à Joe Kaeser, PDG de Siemens:
Joe.Kaeser@siemens.com

(copies à

direction.communication.fr@siemens.com et noreply@raoni.com)

Sujet proposé pour le mail : "Lettre d'un citoyen à Joe Kaeser, au sujet de la participation de Siemens au barrage de Belo Monte"
Cliquez ici pour préparer votre mail automatiquement. (Fonctionne selon l'installation de votre ordiateur.)


3) Joignez à votre email le Récapitulatif des violations aux droits humains du barrage de Belo Monte et leVisuel "Stop Belo Monte! - Siemens" à télécharger ci-dessus.

 

4) Ajoutez votre nom en bas de la lettre pour signer votre email. Envoyez-le. Merci d'avoir participé !


CLIQUEZ ICI SI VOUS SOUHAITEZ ÉGALEMENT INTERPELLER LA FIRME ALLEMANDE VOITH
QUI FOURNIT, ELLE AUSSI, DES TURBINES AU BARRAGE DE BELO MONTE

 

Communiqué de presse

Munich, Allemagne – Des dizaines de manifestants membres d'une coalition d'organisations allemandes et internationales se sont rassemblés aujourd'hui à l'assemblée des actionnaires de l'entreprise allemande Siemens pour condamner son rôle dans d'énormes violations des droits humains, du Brésil au Mexique. En développant la longue liste de ces violations, les manifestants ont souligné la responsabilité de Siemens comme équipementier travaillant pour des projets et des gouvernements qui bafouent volontairement les conventions internationales, allant jusqu'à intimider et tuer des militants.

Une des plus féroces controverses évoquées durant l'assemblée a été le rôle clé de Siemens dans le méga barrage brésilien de Belo Monte, encore en construction dans la forêt amazonienne. L'intervention d'aujourd'hui a montré comment le partenariat de l'entreprise avec L'allemand Voith Hydro pour vendre des turbines hydroélectriques à Norte Energia, le Consortium de Belo Monte, bafoue son prétendu respect pour les droits humains et l'État de droit.

Après avoir entendu les accusations d'une myriade de violations des droits humains à l'assemblée générale des actionnaires 2014, Le PDG de Siemens Joe Kaeser a exigé des preuves de ces irrégularités, autant pour Belo Monte que pour un autre fameux projet de barrage au Honduras connu sous le nom de Água Zarca. Dans la perspective de la réunion d'aujourd'hui, M. Kaeser a reçu des preuves irréfutables montrant que sa compagnie est complice d'un des projets les plus déshonorants du monde.

“L'implication de Siemens à Belo Monte et Água Zarca montre sans aucun doute que le conseil d'administration de l'entreprise viole les principes directeurs des Nations Unies, la convention 169 de l'Organisation Internationale du Travail, les recommandations de la Commission Mondiale sur les Barrages et ses propres principes de gouvernance”,  a affirmé David Vollrath du projet allemand CounterCurrent.

Avant l'assemblée des actionnaires, les militants ont fait circuler deux dossiers qui documentent de sévères manquements aux droits humains des populations liés aux barrages. Ils exigent que Siemens mette en place de radicales reformes dans ses pratiques et politiques commerciales et s'engage “exclure les projets qui ne respectent pas les droits de l'homme de son futur portefeuille d'activités” En détaillant le non-respect du droit à la consultation, le droit à la terre, à la culture, la nourriture, la santé et à un procès équitable, le dossier en appelle avant tout à la responsabilité de l'entreprise.

“La direction de Siemens affirme ne pas être responsable des violations des droits de l'homme qui se déroulent sur leurs chantiers à l'international.” explique Christian Poirier d'Amazon Watch. “Alors que c'est le contraire qui est vrai : les entreprises qui participent directement à d'énormes projets ne peuvent pas se dissocier des atteintes aux droits humains pour fermer les yeux sur leurs propres obligations de faire respecter ces droits.”

“L'attitude de Siemens et Voith est malheureusement la même que celle d'Andritz, Alstom, autres fournisseurs de turbines pour Belo Monte, ou GDF Suez.” rappelle Gert-Peter Bruch, président de Planète Amazone. “Ils se réfugient systématiquement dans la posture du simple prestataire de services d'un état souverain et nient leur responsabilité, pourtant réelle, quand bien même le projet auquel ils s'associent viole leurs propres chartes éthiques et environnementales. C'est en toute connaissance qu'ils détériorent massivement des écosystèmes dont dépendent notre avenir, nos vies, et en premier lieu la vie des populations indigènes et aucune force contraignante ne semble pouvoir les en empêcher.”

En plus du rôle de Siemens dans ces barrages controversés du Brésil et du Honduras, la contre-proposition des actionnaires faite aujourd'hui dénonce également le rôle de l'entreprise dans le projet d'énergie éolienne au sud du Mexique qui a été violemment imposé aux populations locales, par la corruption et intimidation qui “détruisent la structure sociale de ces communautés”.

“Les actionnaires européens ne sont souvent pas au courant des conséquences de leurs investissement sur les droits humains à l'autre bout du monde." dit Andrea Lammers de l'Öku-Büro Munich. "Les actionnaires éthiques devraient obliger les entreprises à être responsables en apprenant la réalité brutale de ces projets et la manière dont la direction de Siemens ferme délibérément les yeux sur les violations de droits humains dans le but de faire du profit.”

 

 

 

Résumé des violations aux droits humains présenté à l'assemblé générale de Siemens par les ONGs.

(Le récapitulatif complet est disponible au téléchargement en haut de page)


Le complexe du barrage de Belo monte est en construction sur le Xingu. Sont impliqués Siemens à travers Voith Hydro, Alstom et Andritz pour fabriquer les turbines. Helene Palmquist, porte-parole des procureurs fédéraux du Pará affirme que Belo Monte est une attaque à la constitution du Brésil.

Le bassin du Xingu est peuplé par au moins 25000 habitants de 24 groupes ethniques différents dont les territoires, mode de vie et culture sont protégés par des lois brésiliennes et internationales.

D'autres communautés non indigènes mais traditionnelles comme les « ribeirinhos » sont aussi protégés par la loi (article 225 de la constitution). 20000 habitants d'Altamira sont également déplacés sans relogement adéquat.

Belo Monte transgresse la constitution brésilienne et des conventions internationales ratifiées par le brésil comme la convention n°169 de l'OIT, la déclaration des nations unies sur les droits des peuples indigènes, l'accord international sur les droits économiques sociaux et culturels (ICESCR), la convention américaine sur les droits humains (ACHR) et la convention international sur les droits civils et politiques (ICCPR).

Le projet a fait l'objet de 22 poursuites judiciaires de 2001 à 2014 ce qui amène les procureurs fédéraux à demander l'arrêt des travaux pour 5 types de motifs :

 

1. Transgression du droit des indigènes à une consultation libre de pression, bien informée et pouvant modifier le projet initial. 

Les indiens affectés par le barrage n'ont jamais été consultés comme le veut la constitution et les accords sus cités. Eletrobras a fait 4 consultations techniques avec les indiens, mais après que le congrès a voté le début des travaux par le décret 788/2005. Celui-ci n'a donc théoriquement aucune valeur légale.

 

2. Non-respect du droit des indigènes à la terre.

Le détournement de 80% du fleuve Xingu sur la grande boucle, les migrations de travail massives et incontrôlées provoquent de la déforestation, la perte d'espèces de faune et de flore et la détérioration de la qualité de l'eau. 

La constitution brésilienne garantit que les indiens peuvent disposer des terres qu'ils occupent traditionnellement ainsi que celles qui sont indispensables pour la préservation des ressources naturelles nécessaires à leur bien-être et à la reproduction de leur mode de vie.

 

3. violation des droits culturels.

Dans la cosmologie indigène, la culture et la terre ne sont pas séparées : ce sont des entités spirituelles unifiées. La dégradation des habitats naturels et du territoire provoque la perte d'identité culturelle.

Les communautés indigènes sont culturellement et physiologiquement dépendantes de la rivière. Xingu veut dire maison de dieu dans leur langage. Le barrage conduit  à la baisse du niveau d'eau et à la raréfaction du poisson. Leur intégrité culturelle est donc menacée par les dommages irréversibles causés à leur habitat.

 

4. droit à la vie la nourriture et la santé

La dégradation de l'écosystème provoquée par le barrage menace aussi la sécurité alimentaire et la santé des communautés riveraines. La baisse de la qualité de l'eau, la raréfaction du poisson, entraîne des maladies (malaria, diarrhées, parasites intestinaux) et carences alimentaires. Les migrations de travail accroissent la compétition sur des ressources déjà raréfiées, au détriment des communautés indigènes.

 

5. Le non-respect du droit à un procès équitable 

Belo monte a été l'objet de 22 poursuites fédérales depuis 2001 portant sur la légalité des autorisations de travaux, l'échec de la consultation des populations indigènes et les mesures insuffisantes de compensation sociales et environnementales, sur la dégradation de la qualité de l'eau indigènes, qui avaient permis aux procureurs fédéraux de bloquer le projet.

Cependant, le président du suprême tribunal fédéral, la plus haute instance judiciaire du brésil a utilisé la “suspension de sécurité” à plusieurs reprises pour suspendre unilatéralement ces décisions de justice, avec l'argument d'une menace à la sécurité nationale et l'ordre socio-économique du pays.

Les principes directeurs sur l'entreprise et les droits humains des Nations Unies affirment que les entreprises doivent faire respecter les droits humains partout où elles opèrent. Elles doivent donc mettre en place des procédures pour détecter, prévenir et compenser les impacts négatifs de leurs activités. Ce que Voith-Siemens n'a pas fait.  Consulter les populations locales n'est pas que du ressort du gouvernement mais aussi des entreprises.

Les entreprises qui participent de ce chantier ne sauraient se dédouaner de toute responsabilité dans ces agissements en mettant tout sur le dos du gouvernement brésilien.

 

En conséquence, les ONGs préconisent les mesures suivantes de toute urgence pour l'entreprise:

un audit indépendant sur les violations de droit humain liées à Belo Monte. Entre 6 et 8 mois pour mesurer la responsabilité de chacune des parties. Et trouver des solutions pour répondre effectivement aux violations des droits humains et environnementaux.

- Présenter le résultat à la direction de l'entreprise pour en tirer des actions concrètes. Exemple : indemnisations pour négligence.

 

Ainsi que les mesures suivantes pour en tirer des leçons pour le futur:

créer des mécanismes pour assurer la participation des populations locales dans la mise en place des projets. Les mettre au courant des impacts de manière franche et transparente.

- créer des recours pour les communautés affectées par le projet en cas de violation des droits humains

- s'engager à ne plus participer de projets qui montrent d'importantes irrégularités en termes de droits humains


http://raoni.com/actualites-839.php


Vidéo : Vincent Cassel s'engage

"Quand nous jouons notre avenir,

Eux jouent leur Vie !!

  • C'est étrange, votre silence assourdissant. On manque d'arguments ?

    · Ago over 7 years ·
    Cp2

    petisaintleu

  • Dites moi la donneuse de leçon. Vous avez fait quoi, CONCRETEMENT, hormis de nous demander de rédiger une lettre ???

    · Ago over 7 years ·
    Cp2

    petisaintleu

    • Lisez ma réponse sur l'autre article et mon silence n'a été assourdissant que pour les sourds ...

      · Ago over 7 years ·
      Printemps   2011   n%c2%b0 n%c2%b0 016 n b

      akhesa

Report this text