Solifugae

saurimonde

Dans un abîme noir vit le noir Solifuge,
Il était affligé ou peut-être le fus-je,
Il se nourrit du sang des livides amoureuses,
Ses pattes touchent à tout et sont bien ténébreuses.

Il fuit toujours le soleil
Il n'est pas une abeille
Il côtoie les vers de terre
Et s'intéresse à la Terre

Dans certains fonds marins une majestueuse
Méduse, dansotant avec ses filandreuses 
Tentacules teintées de la couleur des astres,
Rêvasse, foudroyant au toucher, quel désastre.

Elle ressemble à un drap
Blanc brûlant où reviendra
Toujours maudit rêve amer
Elle rêve sous la mer

Dans les tréfonds du ciel tourbillonnent planètes
Noires et rouges et bleues éclairant les tagètes,
Marguerites et lilas de lux versicolores,
Ton spectre chatoiera d'éclats multicolores. 

Elles ressemblent à tes yeux
À la mer et au ciel bleu 
À la couleur la plus noire 
À mon rouge cauchemar

Report this text