Symphonie mélancolique

Etsukko

Tandis que les parapluies s'envolent avec la brise automnale,

Les branches d'arbres se colorent d'un doux reflet idéal.

Les feuilles rouges succombent sur les pavés humides

et les pas résonent parmi les flaques translucides.


Des fins liserets de lumières aux couleurs étincellantes

laissent paraitre l'éternel champ aux milles mystères:

au sein de cette nature s'épanouie rouge grenat et jaune ardent,

glands et chataignes qui parsèment les chemins de terres.


Se fait sentir l'odeur d'un renouveau aux senteurs d'antan

qui rappelle les simples frissons du bonheur d'enfants,

rassemblés auprès d'une cheminée en quête de chaleur...

Désormais étrange solitude, retour d'un cycle ou d'une erreur ?


Qui sait ? Seul reste ce chant infernal qui entonne :

Les maux du cœur restent, à jamais, gravés dans l'automne.


Report this text