Talons sur trottoir

onizuka

Dès qu'au sol j’entends claquer des talons
S'isole en moi ce sentiment de bel étalon
Pour qui je me prenais rien qu'à la regarder
Oh mon amour je n'arrive point à te dégrader

... Je devrais me taire et puis tout enfouir
Quand mon cœur se serre et va s'évanouir
Des brèches sans que je ne puisse les colmater
S'ouvrent et l'épuisent jusqu'à le faire comater

Surtout laissez le crever, il ne faut pas qu'on insuffle
Un baiser sauveteur lors de son dernier souffle
Pendu à cet ectoplasme d'amour qui va le noyer

Comme si dans un siphon à la manière d'un derviche
Évitant le fond, stagnant suspendu et en friches
Combien de temps vais je rester ainsi à tournoyer?

Signaler ce texte