"T'es bizarre"

aki

J'écris ce soir, d'une plume engourdie, mais pleines d'idées, aussi abstraites pour mon esprit les unes que les autres..

Je crois bien que j'ai envie de vous raconter un p'tit bout de moi. Alors.. "T'es bizarre" c'est un truc qu'on m'a souvent rabâché. Et dans ces moments là, j'ai pour coutume de répondre que je ne fais que nager à contre-courant (Ce qui généralement  n'arrange pas mon cas, croyez-moi, mais ça va, je ne me plains pas). Tout commence à l'éclosion de mon esprit, à la sortie du primaire, aux premiers bouleversements; s'en suit la prise de conscience finale.

Oh et, je ne suis pas bizarre. Du moins, je ne me suis jamais considérée ainsi, parce que je n'en trouve pas l'utilité, ni le bien-fait. Je préfère dire, différente. Ça sonne déjà mieux nan ?!

Le collège..Pour tous les gosses que nous étions, c'était la cour des grands, l'accès à la puissance qu'insuffle la considération, ou encore, une page blanche qui donne le vertige.

                                           --------

La première habitude que j'ai prise: l'observation.

Aller au-delà, toujours au-delà de ce que l'on nous fou sous les yeux. En observant, on apprend beaucoup, particulièrement sur les gens en général. J'ai appris que beaucoup portait un masque, et que peu comprenait ce qu'ils fichaient là, d'ailleurs, la plus part ne se posait pas beaucoup de questions. J'ai appris que c'était mal de sortir du rang, et qu'il fallait agir conformément. J'ai appris que montrer ses sentiments créait plus de problèmes, que de solutions. J'ai appris que la loi du plus fort ne s'appliquait pas qu'au règne animal. J'ai appris que parfois il fallait se la fermer, parce que c'était mal de parler. J'ai appris que parfois il fallait aussi fermer les yeux, si on ne nous les bandaient pas avant.

Et puis, j'ai appris qu'il y avait un truc qu'on appelait "l'espoir".

                                           --------

J'ai fais mes années de psychologie sans le vouloir, on venait me parler, alors voilà ;

La deuxième habitude que j'ai prise: écouter.

On ne se rend pas compte à quel point écouter quelqu'un déblatérer, déblatérer, peut soulager cette personne en question, et alourdir un peu notre cota d'admission interne ( l'esprit chauffe vite). C'est un drôle d'échange. Mais ça me plaisait d'écouter ces gens, de leur ouvrir les yeux, et de leur filer un peu de ce machin "l'espoir". Avec ça je décochais pas mal de sourires, et puis, j'étais contente.

                                           --------

La troisième habitude que j'ai prise: aimer

Arrivée au lycée, J'avais découvert la noirceur du monde, j'avais découvert l'emmerdement, l'ennui, et les pleurs. Ça donne tellement le vertige quand on a la tête dedans, que je rigole de l'étonnement des gens quand il s'exclament parfois devant la détresse d'un gosse "En dépression à cet âge là ?!"  : En réalité, on leur bande tellement les yeux à ces gosses, que certains étouffent. Alors j'ai pris l'habitude d'aimer, et de redécouvrir. Tous les matins, redécouvrir le monde qui m'entoure. Continuer d'accumuler un amour fou pour la vie, ne jamais cesser de l'aimer, et de la faire aimer, à toutes ces âmes errantes. Leur faire remarquer une multitude de choses, avoir soif de connaissance, soif d'apprendre.


J'ai appris que je n'étais pas seule, et je m'imprègne de l'espoir, parce qu'il aide à vivre, et à voir réellement. Et puis je me suis mise en tête d'aller chercher tous les vivants, d'aller les rencontrer, je me suis emplie la tête de rêves plus fous les uns que les autres, de voyages extraordinaires, "Je voulais chasser tout ce qui dénaturait la vie, pour ne pas, au soir de la vieillesse, découvrir que je n'avais pas vécu."



Et c'est ainsi que j'existe.





  • J'ai pas l'impression que tu sois bizarre, je pense que tu es plutôt saine d'esprit. Mais en fait, je pense que tout le monde est bizarre et névrosé, c'est juste que la plupart des gens savent plutôt bien le cacher.

    Le principal dans une personne c'est l'authenticité. Si tu es authentique, au diable les autres. On a tous tendance à vouloir transformer les personnes qui sont autour de nous pour qu'elles correspondent à nos critères, à nos fantaisies personnelles mais j'ai appris ces dernières années que l'amour et l'amitié ce n'est pas ça. Quand on accepte une personne, on l'accepte avec tout ce qui est en elle, le bien comme le mauvais.

    · Ago over 5 years ·
    Img 2044

    julinette

    • Merci pour le commentaire ;)

      Oui je suis tout à fait d'accord, j'avais juste besoin de mettre certaines choses à plat, en outre ma vision des choses a quelque peu évoluée, mais en écrivant ce texte je me suis plutôt remise dans la peau d'une collégienne un peu perturbée par ces gens qui se mentaient sur eux même parfois.

      La bizarrerie d'une personne c'est sûrement ce qu'il y a de plus beau finalement !

      · Ago over 5 years ·
      Nature

      aki

    • Je comprends tout à fait, au collègue et au lycée, ce texte m'aurait beaucoup parlé. Je ne me sentais pas bien dans cette société, pas acceptée, pas compris, pas intégrée. Mais aujourd'hui, je vois chaque personne dans son intégralité, dans son authenticité qui est toujours unique à sa manière et c'est ça qui est beau.

      On est tous un peu bizarre pour une autre personne.

      · Ago over 5 years ·
      Img 2044

      julinette

    • C'est exact :) Contente que ça te parle !

      · Ago over 5 years ·
      Nature

      aki

Report this text