TOI

Joelle Eymery

Je dors tout contre ta poitrine

Et nul duvet ne me serait plus doux

Tes deux bras m'enserrent et j'imagine

Que la nuit s'est arrêtée pour nous.


Je rêve tout contre ton coeur

Que j'entends battre au rythme du mien,

Il ne m'est nul autre bonheur

Que m'éveiller petit matin


Et de voir en tes yeux un ciel d'amour

Sans nuage, unique et éternel,

Que nous offrit Cupidon sans détours

Je ne crains ni pluies ni grêle


Blottie dans ton corps je dors

Toute éveillée à tes moindres soupirs

Il n'est plus ni raisons ni torts

Seul m'importe le cri de ton plaisir


La vie se prolonge indéfiniment

Faite de nuits roses et de jours bleus ;

Il n'est point de terme à cet écoulement

Depuis que je vis au fond de tes yeux.


Quel royaume secret que celui-là pourtant,

Que tu les fermes ou les ouvres, anxieux,

Je puis apaiser chacun de tes tourments

Te laisser sur terre ou t'élever aux cieux.

Report this text