Un homme -23-

aile68

Gérard et Marie-Claude ont laissé passer la Saint Valentin comme s'ils n'étaient pas concernés. Cela dit ce jour-là, Marie-Claude est arrivée au bureau la bouche en coeur avec son chignon sublime, comme un clin d'oeil à son amant. Son arrivée a fait sensation, elle était vêtue d'une jupe longue en velours et d'un long gilet bohème, on aurait dit qu'elle flottait en se déplaçant, de plus elle laissait sur son sillage un parfum frais et pétillant. Heureusement que Mélusine est une fille sympa et n'est pas jalouse de sa collègue! D'ailleurs elle avait posé sur son bureau un petit bouquet de mimosa dont on ignorait la provenance, elle aussi a ses mystères... Il serait exagéré de dire que la journée s'est passée comme sur un nuage, le monde du travail ne se prête pas à la douceur de vivre mais la complicité entre Gérard et Marie-Claude était si palpable que ça faisait sourire les autres qui partageaient des regards entendus quand les amants semblaient oublier leurs collègues. Ils ont été plusieurs fois distraits, dans la lune semblant s'échapper d'un rêve connu d'eux seuls quand on leur parlait. Eux seuls semblaient voir par la fenêtre un soleil absent, il y avait sur leur visage une douceur telle qu'on n'osait les regarder. A la pause déjeuner même s'ils n'étaient pas assis l'un à côté de l'autre, c'est comme si tout les attirait, les amenait à boire chacune des paroles de l'un et de l'autre. Finalement ils ont fêté la Saint Valentin à leur manière. A la fin de la journée, son fils ayant la grippe, Marie-Claude a dû partir en vitesse. Gérard l'entend encore saluer tout le monde à la ronde d'une voix chantante. Notre homme a senti un pincement au coeur, pour la première fois depuis qu'il était avec la jolie femme, il a eu l'impression que son fils était comme un rival.

(à suivre)

Report this text