Un homme -24-

aile68

Gérard voudrait parler à Marie-Claude mais comme il a peur de tout gâcher il y renonce lâchement. Sa relation avec elle en pâtit un peu, la femme ne comprend pas pourquoi. Elle aimerait lui demander des explications mais comme Gérard, elle a peur que ça tourne au vinaigre. Et pourtant il va bien falloir que l'un ou l'autre se décident à parler. Comment aborder le problème? Comment dire que Quentin, le fils de Marie-Claude est un frein à leur relation? Non, il ne faut pas dire ça! Gérard tourne le problème dans tous les sens, il n'y a pas d'autre solution que de demander à rencontrer le petit. Il attend en ce moment son amie, elle ne devrait pas tarder à arriver chez lui. Pendant ce temps, Gérard essaie de se détendre, il veut que ça se passe du mieux possible. Il est allé acheter des gâteaux à la boulangerie du coin, les a posés sur un joli plateau sur la table basse du salon. Les coussins sur le canapé sont bien rangés, il règne un parfum de propre et de calme après le ménage qu'il a fait consciencieusement. Quelqu'un sonne à l'interphone, il va vite répondre, c'est bien Marie-Claude. Il est à la fois content et craintif qu'elle soit arrivée.

"Bonjour Marie-Claude dit Gérard dans un petit sourire.

- Salut! répond-elle plus enjouée.

Les deux amants échangent un bref baiser. L'homme invite la femme à entrer, lui enlève poliment son manteau, il fait encore froid par ce samedi de début mars. Elle a mis son chemisier vert pomme et sa jupe en velours. Comme il voudrait lui lisser ses cheveux un décoiffés!

- ça va? demande Marie-Claude, sourire aux lèvres et les yeux pétillants comme à son habitude.

- Oui, et toi? Gérard cherche la manière d'aborder le problème. Il demande des nouvelles de Quentin.

- Il va bien merci. C'est gentil de demander des nouvelles. (Si elle savait ce que son ami s'apprête à lui dire!).

- C'est normal. (Il prépare le terrain comme il peut).

Viens! Je te fais un café ou un thé?

- Je veux bien un thé, s'il te plaît.

- Ok! Assied-toi je t'en prie dit Gérard en montrant le canapé.

Il se dirige vers la cuisine tout en continuant à échanger avec la femme les banalités d'usage qui ont néanmoins leur importance. Puis il la rejoint.

- Je suis content de te voir.(Que dire d'autre, s'interroge-t-il?).

- Mais moi aussi! répond Marie-Claude en riant presque.

(Va-t-elle déchanter tout à l'heure?).

Ils continuent à parler, boivent leur thé, dégustent un petit gâteau. 

- Que va faire Quentin ce week-end? ose enfin Gérard.

- Je ne sais pas! D'ailleurs il ne me raconte pas tout, tu sais. Moi de mon côté, je ne veux pas trop l'embêter. Et puis je ne suis pas sûre qu'il raconte à son père ce qu'il fait avec moi. C'est très bien comme ça d'ailleurs.

- Si tu le penses. Et sinon... Est-ce que tu crois que c'est le bon moment pour que je le rencontre? demande Gérard qui sent sa poitrine se serrer.

- Je ne crois pas, non.

- Quand jugeras-tu que ce sera le bon moment?

- Je ne sais pas! Dans un an, deux ans... hasarde Marie-Claude qui continue à sourire.

- C'est que... Voilà: je m'attache de plus en plus à toi Marie-Claude. C'est comme si... Comment dire? Ce serait plus facile si Quentin et moi on se connaissait, non? insiste notre homme qui est vraiment dans ses petits souliers.

- C'est mieux pour l'équilibre de mon enfant, crois-moi.

Ecoute, c'est bientôt les vacances de Pâques. Quentin va passer une semaine chez son père. On aura l'occasion de se voir plus souvent, ça te va? On pourrait même partir un week-end pourquoi pas? propose Marie-Claude, conciliante.

- Oui, c'est une bonne idée! On partirait le vendredi soir alors! dit Gérard emballé.

Tu voudrais partir où?

- Je sais pas! A la mer par exemple suggère la femme amusée.

- Va pour la mer! Fixons la date dès à présent!

- Tu es pire qu'un enfant! dit son amie en riant franchement.

- Je t'aime Marie-Claude déclare notre homme pour la première fois à la femme attendrie.

- Ne me prends pas par les sentiments lui dit-elle toutefois.

- C'est sincère... Tu ne sais pas combien je souffre de la situation.

- Chut... dit Marie-Claude doucement. Ne dis plus rien à ce sujet. Je ferai un effort, je te promets".

Alors, Gérard s'approche de son aimée,met ses mains autour de son visage et pose un chaste baiser sur son front. C'est le baiser d'un amour sincère et franc, celui qu'on voudrait faire durer toute une éternité. 

(à suivre)

Report this text