Un homme -37-

aile68

La romance entre Gérard dure maintenant depuis dix mois. L'été s'étire comme un chat au soleil, nous sommes en plein mois de juillet, Gérard se languit de Marie-Claude. Elle reviendra dans une semaine pour reprendre le travail ensuite. Elle y retrouvera son ami bien sûr et puis Billard et Mélusine. Notre homme est parti deux semaines dans la maison de famille en Bretagne, l'ambiance familiale et des vacances est un sacré cocktail. ça lui a rappelé sa mère partie trop tôt, la douceur du foyer n'a pas son pareil, c'est un sentiment unique. Il aime la péninsule bretonne qui s'avance dans la mer et l'océan, les vagues qui se brisent sur les rochers. Qui sait si Marie-Claude aimerait? Ses soeurs  le trouvent en forme, est-ce qu'elles se doutent qu'il y a quelqu'un dans sa vie? Comment serait-ce possible? Un soir il a failli se laisser aller à la confidence, mais quelque chose l'a arrêté, il veut en parler à Marie-Claude d'abord. Il ressent envers elle la loyauté des chevaliers d'autrefois, une qualité qu'on ne trouve plus guère chez les gens sensibles qui ont souffert dans la vie parce qu'ils peinaient à trouver leur place, à réussir quelque chose. Gérard et ses frères et soeurs ont été élevés dans le respect des uns et des autres, le lien qui les unit s'est un peu défait à une époque où notre homme bataillait sur tous les plans, mariage, boulot, sentiment horrible d'être à côté de la plaque. Il n'était pourtant pas bête, il avait réussi sa médecine mais une mauvaise orientation est nuisible et embarque les gens sur un chemin chaotique pour des années ou même la vie entière. C'est pour sa mère qu'il est devenu médecin, elle le voyait tellement bien dans cette profession! Lui pas. Il marche maintenant sur les pas de son père en travaillant dans le bâtiment, ce dernier était chef de chantier, certes Gérard ne travaille pas sur le terrain comme son frère André mais il est fier d'être de la partie. Le travail dans les bureaux n'est pas aussi noble pense-t-il que le travail de maçon, il aurait aimé sentir la valeur du vrai travail difficile de celui qui soulève les moellons mais il ne s'en sent ni le courage ni la force. Toutefois il est content de sa profession, concepteur de projets immobiliers, il apprend beaucoup grâce à son collègue Billard qui pourrait être un vrai pote si ce n'est le fait qu'il se sent comme un élève face à son maître.

(à suivre)

Report this text