Vers Youtube

pianitza

À la question que je reçois parfois : Quel conseil donnerais-tu à un Youtuber qui veut se lancer ? J'ai écrit un p'tit truc, pour toi, créateur qui n'ose pas te lancer sur TonTube :

Si tu t'engages sur Youtube, n'attends pas qu'on te donne le feu vert pour faire quoique ce soit. Débarrasse-toi des vieux réflexes scolaires qui demandent toujours de justifier ce que tu entreprends... Jette toutes tes définitions, et regarde-toi. Toi et tes passions. Il va falloir faire preuve d'égoïsme, pour une fois.

T'as une idée formidable ? Vas-y. N'aie pas peur de te lancer. N'oublie pas que ce monde est virtuel. Internet est éphémère, tout comme les créations que tu lui offriras. Demain, peut-être que tout ce petit monde disparaîtra. Il suffit d'un pas grand chose... Un bug dans la matrice et tu peux dire bye bye à ta chaîne. Mais c'est ce qui fait tout le charme de cette plateforme... Tu peux donc t'y engouffrer sans crainte, en pensant à cet état de fait. Ça a un côté plutôt rassurant, non ? :)

L'argent fait ta valeur ?
L'argent Youtube, c'est ton nombre de vues. Le compteur en bas à droite.
Mais ce chiffre n'est qu'une conséquence, et non un but. Tu es d'abord ici pour t'exprimer comme tu l'entends. 
L'impulsivité de la mise en ligne, il te faudra la contrôler pour ne pas bâcler ton travail.

La vidéo que tu as commencé demande un taf monstre ?
Pas grave, prends le temps d'en venir à bout.

Faire des vidéos, seul, sur Internet, dans son coin, est une chose très épanouissante. Mais il faudra constamment te remettre en question. Tu dois travailler ton style, et c'est pas le genre de truc qui se fait du jour au lendemain. Entre l'écriture, le tournage, le jeu d'acteur, l'originalité, le montage... Tu te rendras compte qu'il y a beaucoup de choses à maîtriser, et qu'accorder tous les violons n'est pas une tâche aisée. Mais explore-toi, reste dans ton confort intérieur, écoute-toi, et tout roulera comme sur des roulettes.
Rien n'est plus épanouissant que de créer seul.
Rien n'est plus chiant que de se forcer à créer pour un tiers.
La création, la vraie, est un acte égoïste. Il doit être égoïste.
Une création disons, légère, cadrée - une création qui ne sort pas des clous, quoi - peut très bien marcher. Mais les gens ne te reconnaîtront pas pour ce que tu es. Tu pourrais plaire à une masse, mais tu ne serais peut-être qu'un JP Pernaut parmi tant d'autres. Une voix radio. Ou un podcaster sapé chez Orangina...

Des gens t'apprécieront, mais est-ce que tu t'apprécieras toi-même ?

Garde bien cela à l'esprit.

Il faut que tu sois satisfait de ta création. Peu importe l'accueil qu'elle trouvera. C'est comme un nouveau combat qui commence, à chaque fois, contre toi-même.
Tu vas certes traverser des moments difficiles, ou tu vas te sentir plutôt seul avec l'idée que tu t'es faite de ce monde si particulier. Certaines personnes, autour de toi, te prendront pour un gamin qui fait mumuse sur Internet, mais il y aura toujours les mêmes fans acharnés qui seront là pour te soutenir. Imagine, tu es cette locomotive. Eux, ce sont les gars tout poussiéreux, avec leur pelle, qui sont là pour te nourrir de la dose de charbon dont tu as besoin pour avancer... Écoute-les, avance avec eux.

N'oublie pas, aussi, que tu n'es qu'un amateur. L'amateurisme est un atout sur Youtube. Quoi de plus chiant qu'une émission lissée comme il faut ? Quoi de plus chiant qu'une écriture cadrée ? C'est so Canal +, j'veux dire. Faut que ton imagination éjecte dans tous les sens. Imagine Internet en cage... Où seraient les Nyan Cat ? Où seraient les MLG-360 noscope in your ass ? Ce serait bien triste...

Pense au strict minimum, niveau matos, mais ne t'embêtes pas avec ce qu'on nomme le «professionnalisme». Cette sphère n'existe pas, sur Youtube.

Il y a une différence entre «avoir son style» et «être professionnel». Alors vise ton style, à toi, gros, et ne t'embêtes pas avec les grands standards. Rejette-les, en fait...
Le sens d'une idée importe plus que la forme que tu peux lui donner. Youtube, dans ta tête, c'est comme un film. T'es le gars numéro uno, sur le terrain. Avance les cornes en avant, et ne t'arrêtes jamais.

« C'est ce que nous sommes tous, des amateurs, on ne vit jamais assez longtemps pour être autre chose » disait Chaplin.

C'est tellement plus fun d'être un éternel amateur...

;)

Report this text