Vile Ville

Archange Flippé

aux éminences grises


Boulevard du Noir
aux réverbères barbares éclairant rouge crimes, viols, tortures, infamies et forfaitures

Rue Dégradée
y circulent à tombeau ouvert courbeurs d'échines, cramponnés des vérités, leaders et sans reproches, dirigeants aux petits chefs, meneurs et militaires, donneurs d'ordres et maîtres à prier, dictateurs de consciences

Pont des Pleurs
sous lequel s'écoulent engorgées larmes giclées ou refoulées, celles des blessés, des mutilés, des oubliés, des balancés, des suicidés

Carrefour des coincés
où croisent les ligotés-ficelles des " z'êtes-trop jeune ", " z'êtes-trop-vieux ", " pas-diplômé ", " trop-bardé", " z'êtes-licencié", "faut-travailler", RMIsés à fonds perdus

Passage du Gaz
aux nuages en plafonniers, aux pollutions en extrêmes onctions

Place des Clameurs
les rencarts des défileurs, des brailleurs, des discoureurs, des désespérés, place gardée, bien entourée, faut contrôler

Rue des Bonnes Intentions
tellement pavée qu'on risque de s'y fouler l'âme à chaque faux plat

Impasse des Pas Perdus
où s'entassent fourvoyés, paumés et les fous qui se tapent la tête contre le mur du front

Venelle de la Passion
où tu m'as baladé, avant que d'entrer dans l'hôtel de l'impasse

Square des Espoirs
jardins secrets, lueurs tamisées, rêves d'évasions... faut payer le cri, envolées grillagées, fils d'Ariane barbelisés

Damné zoo
où l'on promène les enfants, qui regardent les animaux et se demandent pourquoi c'est nous qui sommes enfermés

Boulevard des Allongés
ligne d'arrivée de la course en sac, terminus des parcours, arrêt de la démesure des métros d'hommes.

Putain de vie, de Ville
" Pardon, monsieur l'Argent, la nationale Verte ? Fermée pour cause de travaux ? Obligés de prendre l'Autre route du Sommeil ? Comment ? Faut y abandonner ses vœux, ses vieux ? Payer avec ses yeux ? Et elle mène où ? À d'autres villes ???!! "



Report this text