10

mrnws

Le faible soleil de décembre se glissait déjà par les persiennes restées ouvertes. Liam s'étira sans un bruit et s'extirpa de sous la couverture. Il fut directement attaqué par l'atmosphère glaciale de l'appartement, et ça lui donna directement envie de retourner au lit. Mais il se donna un peu de motivation et enfila ses vêtements d'intérieur.

Dans le salon, la température était plus haute et lorsqu'il aurait commencé à préparer le petit-déjeuner, il ferait déjà bien plus chaud.

Quelques pancakes, du café noir, de la pâte à tartiner et du jus frais plus tard, l'air était plus agréable, même s'il ne se risquerait pas à vadrouiller en petite tenue.

Il installa le petit déjeuner sur la table du salon et était en train de remplir les tasses quand Adèle montra le bout de son nez. Hier soir, il lui avait fourni des vêtements pour la nuit et, ce matin, il remarqua qu'elle nageait complètement dedans. Ça ne lui avait pas semblé si loufoque la veille, mais à la lumière du jour, il reconnaissait qu'elle avait un petit air de clown.

Elle s'assit doucement sur le canapé, où il se trouvait également. Elle était au naturel et ne se cachait pas ; il trouva cela extrêmement touchant, même si ce n'était pas une femme à maquillage.

- Du café ? lui proposa-t-il en lui tendant une tasse.

Adèle la lui prit en souriant et s'adossa dans le canapé. Elle s'était levée drôlement pleine d'énergie, ce matin, et selon elle, ça devait avoir un rapport avec sa présence dans l'appartement de Liam. Evoluer dans cet endroit lui faisait un effet particulier, mais assez bénéfique ; il avait la même énergie stimulante que Liam lui-même.

Ils burent leur café dans le silence, mais en se lançant de temps en temps quelques regards. Même sans parler, ils sentaient cette même complicité qu'ils avaient eu depuis le début, et elle était d'autant plus forte qu'ils s'étaient embrassés un certain nombre de fois la veille.

Ils poursuivirent le petit-déjeuner, en discutant de choses et d'autres, mais souvent, aussi, dans le silence. Liam avait remarqué qu'Adèle revenait toujours vers la fenêtre, certainement parce qu'elle adorait la vue, ou alors, parce qu'elle lui rappelait de tendres souvenirs. Malheureusement, chacun devait partir travailler et ils durent mettre fin à ce début de matinée très agréable.

Par chance, ils devaient tous les deux se rendre au centre-ville, alors ils purent marcher ensemble jusqu'à un croisement, qui marquait la séparation de leurs chemins. Liam se pencha pour embrasser Adèle et elle se laissa faire, bien trop heureuse de recevoir sa douceur. Ils se saluèrent et disparurent chacun de leur côté.

Adèle arriva un peu en retard à la boutique. Ça n'arrivait jamais et certains clients étaient particulièrement ponctuels, donc il y avait déjà quelques impatients quand elle arriva, enfin.

Elle fit en sorte qu'ils puissent rapidement entrer et elle s'occupa de tout allumer et de tout mettre en marche pendant qu'ils se promenaient dans la boutique. Elle entendit plus qu'elle ne vit Annie arriver. Elle parlait au téléphone et, comme souvent, elle haussait le ton avec son interlocuteur ; il devait certainement s'agir de sa mère.

Son amie s'approcha en soufflant et rangea son téléphone portable dans sa poche. Elle s'accouda au comptoir et souleva un sourcil.

- Je croyais que tu avais besoin de mon aide, aujourd'hui ?

- C'est le cas. Pourquoi ?

Adèle releva la tête vers Annie et fronça les sourcils à la vue de son sourcil levé et de son air interloqué. Elles avaient discuté plusieurs semaines auparavant de la présence d'Annie, aujourd'hui. Plusieurs créatrices devaient rapporter leurs nouveautés de Noël, et Adèle avait besoin de pouvoir se consacrer pleinement à leur arrivée ; ce qu'elle ne pouvait pas faire si elle devait rester disponible pour les clients. C'est pourquoi elle avait demandé à Annie de venir lui donner un coup de main.

- Tu n'étais même pas à l'heure et tu portes les mêmes vêtements qu'hier.

- Quoi ? Cinq minutes, ce n'est pas du retard.

- Et pour tes vêtements ?

Elle pinça les lèvres et fit un peu de place sur le bureau, qu'elle allait confier à Annie pour la journée. Elle aimait autant s'occuper des clients que des créatrices, et cette journée allait extrêmement la satisfaire. Ce qu'elle préférait, c'était déballer des nouveautés ; et là, d'autant plus, puisqu'il s'agissait de nouveautés de Noël.

Le regard d'Annie pesait sur elle et, quand elle la regarda à nouveau, elle continua de la fixer. Elle attendait des réponses, pourtant, c'était sa sphère privée, à laquelle elle n'aurait pas eu besoin d'accéder.

- J'ai passé la nuit chez Liam.

- Quoi ? Et tu me dis ça comme ça ?

Adèle haussa les épaules et confia la caisse à son amie, qui restait bouche bée. Toutefois, elle prit docilement la place qui lui était attribuée et laissa s'éloigner Adèle.

Tout au long de la matinée, Annie n'arrêta pas de se trouver sur le chemin d'Adèle lorsqu'elle prenait quelques minutes de pause, avant de traiter une nouvelle livraison. A chaque fois, cette dernière levait les yeux au ciel et retournait travailler. Si elle devait se confier à son amie, elle le ferait quand elles seraient seules toutes les deux et non au milieu de la boutique et des oreilles baladeuses des clients.

En revenant au comptoir pour la fermeture du déjeuner, elle se sentait prête à tout raconter à Annie. Elle avait eu besoin de garder cette nuit rien que pour elle jusqu'ici, parce qu'elle voulait pouvoir y repenser en secret. Mais, à présent, elle ressentait l'envie d'en discuter avec son amie et de partager avec elle ce bonheur tout neuf.

- Tu restes déjeuner à la boutique ? J'aimerais te parler d'hier soir.

- A croire que je le sentais arriver, j'ai apporté un sandwich.

Elles se sourirent et saluèrent le dernier client à quitter les lieux. Adèle le suivie jusqu'à la porte pour pouvoir la fermer à clé derrière lui. Elle retourna au comptoir pour s'installer et déjeuner.

Pendant quelques minutes, elles discutèrent de la matinée. Annie avait vu beaucoup de clients, et ça rassura grandement Adèle sur l'avenir de la boutique ; elle confia d'ailleurs à son amie que la journée précédente avait été plus compliquée. Ensuite, Adèle lui présenta quelques nouveautés qu'il faudrait mettre en place dans les prochains jours et l'invita à l'aider, si elle en ressentait l'envie. Le travail d'Annie lui permettait une certaine flexibilité, ce qui aidait beaucoup les affaires d'Adèle ; quand elle était fatiguée ou dépassée, il lui suffisait d'appeler Annie pour qu'elle vienne l'aider.

Lorsqu'elles eurent fait le tour de ces questions-là, Annie s'impatienta. Elle voulait absolument entendre l'histoire de son amie, comprendre ce que « j'ai passé la nuit chez Liam » pouvait signifier.

- Alors, avec Liam ?

Adèle lui jeta un coup d'œil, accompagné de son sourire enjoué. Elle devait se jeter à l'eau, tout raconter -ou presque- à Annie. Elle sentait qu'elle en avait besoin, mais ça ne l'empêchait pas de devoir faire le deuil de ce secret, qu'elle avait si bien gardé pour elle.

- Il est venu me chercher à la fermeture, et il m'a emmené au marché de Noël. Ça a été une excellente soirée et il a fait énormément d'efforts pour que je ne pense pas à la boutique, à mes craintes la concernant et au peu de clients qui étaient venus. Il était vraiment génial. Il faisait froid, alors il m'a proposé de passer chez lui ; il n'habite pas très loin de la place du marché de Noël. C'était de bonne guerre, puisqu'il était entré chez moi, selon lui.

Elle haussa les épaules et mordit dans son sandwich ; Annie l'imita. Cette dernière ne pouvait s'empêcher de sourire tant elle était heureuse. De ce qu'elle entendait, Liam était vraiment quelqu'un de prévenant et qui s'intéressait réellement à Adèle ; au point de venir la chercher après le travail. Aucun autre amoureux d'Adèle n'avait fait cela avant lui, ils étaient toujours un peu trop centrés sur eux-mêmes.

Adèle lisait dans les yeux d'Annie, qu'elle ne pouvait souhaiter meilleure personne pour prendre soin de son amie. Découvrir cela fit monter les larmes aux yeux d'Adèle mais elle se ressaisit en quelques minutes et ne permis pas aux larmes de couler.

- Il a un très joli appartement et une vue d'enfer sur le parc. Ça a dû produire un effet particulier, parce qu'on s'est embrassés.

- Vous vous êtes embrassés ?

- Oui, et ensuite il m'a proposé de rester dormir, parce qu'il était tard et qu'il n'avait aucune envie que je rentre seule jusqu'à chez moi.

Annie avait les joues posées sur les mains et écoutait attentivement le récit que lui faisait Adèle de sa soirée. Ça faisait bien longtemps qu'elles n'avaient pas parlé de mecs toutes les deux, surtout pas du côté d'Adèle ; Annie, elle, parlait souvent de ses petits soucis avec Simon ou de combien il lui semblait formidable.

Adèle sentit l'émotion d'Annie, face à ses révélations, alors elle lui serra fermement la main, comme pour la remercier.

- Je suis très heureuse pour toi, lui annonça Annie.

Elles échangèrent une bise, avant de continuer leur repas en parlant d'un tas d'autres choses sans rapport.

A discuter ainsi, l'heure du déjeuner passa très vite et elles eurent rapidement besoin de gober leur repas. Elles devaient ouvrir la boutique à l'heure indiquée, sans quoi la boutique commencerait à avoir mauvaise presse. L'heure d'ouverture du matin avait déjà été repoussée et ça ne pourrait pas se reproduire deux fois en une seule journée.

Elles se levèrent et époussetèrent le bureau d'un geste de la main. Après avoir discuté de leur vie privée, il fallait maintenant retourner au travail et promouvoir de belles créations.

La boutique fut ouverte à temps et quelques clients éparses vinrent déjà découvrir les nouveautés dans l'après-midi. Ces visites firent extrêmement plaisir à Adèle, car elles montraient que son travail leur plaisait et qu'elle n'était pas seule dans cette aventure. Cette journée rattrapa amplement celle de la veille qui avait été bien plus chaotique.

Report this text