14

mrnws

La journée venait de se terminer pour elle ; elle venait d'ailleurs tout juste de fermer le verrou de la porte. Avant de pouvoir s'en aller, il lui faudrait encore faire un peu de rangement, et surtout, attendre l'arrivée de Liam.

C'était un grand soir, ce soir. Ils se rendaient tous les deux chez Annie et Simon pour un diner. Elle allait enfin introduire Liam dans leur petit cercle. Elle était déjà retournée plusieurs fois diner chez eux, mais jamais avec Liam, et chaque fois, elle se sentait un peu plus seule. Au cours de ces diners, il lui suffisait de surprendre un geste affectueux entre ses amis pour qu'elle vérifie qu'elle n'avait pas reçu de SMS. Bien sûr, ce n'était jamais le cas, parce que Liam était quelqu'un de respectueux et qu'il la laissait à ses soirées entre amis.

Elle remplissait les espaces vides d'autres produits quand elle entendit un petit coup sur la porte. Elle laissa tout en vrac pour ouvrir à Liam ; il était emmitouflé dans son manteau, et quand elle ouvrit la porte, un courant d'air froid lui balaya le visage. Elle recula rapidement et referma la porte tout aussi vite, une fois qu'il fut entré.

- Excuse-moi, je suis un peu en retard. J'ai eu plus de boulot que prévu.

- Je viens juste de fermer la boutique ; il y avait du monde aujourd'hui.

- C'est une bonne nouvelle !

Il se pencha pour l'embrasser et elle frissonna à cause de ses lèvres froides et de son nez qui lui chatouillait la joue. Mais ça ne l'empêcha pas de se coller contre lui pour qu'il l'embrasse encore. Malheureusement, ils n'avaient pas énormément de temps pour poursuivre ce petit jeu.

Adèle se précipita dans la réserve pour récupérer son manteau et son sac. Elle était très impatiente de se rendre chez ses amies et d'un autre côté, elle était inquiète qu'ils ne le trouvent pas aussi géniale qu'elle.

Elle retrouva Liam dans la boutique et ils s'en allèrent. Une tour de clé dans la serrure et elle pouvait se laisser porter par la joie qu'elle ressentait à l'idée de mélanger autour d'une table, trois personnes qu'elle aimait beaucoup.

Sur le chemin, elle se tenait fermement à la main de Liam, espérant calmer ses inquiétudes de cette manière. Pourtant, il faisait extrêmement froid et elle avait plutôt envie de glisser ses mains dans ses poches pour les réchauffer. Mais, après tout, la main de Liam était si grande qu'elle faisait office de gant tout autour de la sienne, bien plus petite.

Toutefois, ça ne l'empêcha pas d'être frigorifiée quand ils sonnèrent à l'appartement d'Annie. Elle sentait à peine le bout de ses doigts et il dut appuyer sur la sonnette à sa place. En entrant dans la cage d'escalier, elle se tourna vers Liam, qui se trouvait derrière elle, et l'embrassa longuement. Elle se doutait qu'il devait être un peu nerveux et elle espérait que ce baiser l'aiderait à se sentir à l'aise. En plus, elle en avait eu besoin, elle aussi.

Annie et Simon les attendaient déjà à la porte quand ils arrivèrent à leur étage. Adèle serra ses amis contre elle et Liam préféra une bise et une poignée de main ; plus traditionnel.

Annie et Simon les laissèrent s'installer au salon pendant que tous les deux finissaient de préparer le repas de ce soir. Ils mettaient toujours les petits plats dans les grands, mais ce soir, ils avaient surtout envie d'en apprendre plus sur Liam ; alors ils avaient opté pour un apéro dinatoire.

Adèle s'installa à côté de Liam et se tourna vers lui avec un sourire. Il lui sourit également et embrassa sa joue tendrement, mais assez rapidement pour que ça ne semble pas déplacé. Elle, n'en avait rien à faire des convenances, alors elle glissa ses mains autour de sa taille et se reposa contre lui. Maintenant qu'ils se trouvaient tous les deux, ici, elle sentait son appréhension la quitter.

- Dure journée ? chuchota-t-il à son oreille.

- Longue, ça oui. J'ai cru que je ne pourrais pas fermer.

Elle fit une moue et sourit quand Liam posa un baiser sur sa bouche. Ils se regardaient en souriant quand leurs hôtes revinrent avec les verres. Ils eurent un mouvement de recul, pour éviter de les déranger dans ce moment de partage. Ils avaient l'air en parfaite communion et Annie sentit son cœur lourd de bonheur pour sa meilleure amie.

Elle échangea un regard et un sourire avec Simon alors qu'ils se tenaient debout dans le couloir. Soudainement, elle aussi eu envie de se jeter dans les bras de son compagnon et de partager son amour avec lui. Elle imagina ce que ça avait été pour Adèle de les voir s'embrasser alors qu'elle n'avait personne ou lorsque Liam n'était pas encore convié à leurs diners.

Ils avancèrent tout doucement, sans faire de bruit.

- On vous dérange ? demanda Simon, tout doucement.

- Non, pas du tout. Ne restez pas dans le couloir !

Avec Liam, ils se séparèrent et prirent un peu de distance. Elle savait qu'il commencerait à rougir s'il se sentait mal à l'aise et Annie ne manquerait pas de le relever ; elle préférait lui éviter cette petite humiliation.

Même si elle ne pensait pas à mal, c'était totalement le genre d'Annie de mettre les deux pieds dans le plat. Et alors, les joues de Liam ne feraient que rougir davantage. Adèle voulait absolument éviter ça.

Elle se rassit bien droite sur le canapé et se tourna vers Simon et Annie. Tous les deux étaient enlacés sur l'autre partie du canapé et leur souriaient. Ils tenaient leurs verres à la main et attendaient certainement de trinquer avec eux. Alors chacun attrapa son verre et laissa l'honneur à l'un de leurs hôtes.

- On est très contents de vous avoir avec nous, ce soir. On espère que notre apéro vous plaira et que ce n'est que le début d'une longue série de diner. Santé ! ajouta Simon en levant son verre dans leur direction.

Un chœur de « santé » s'éleva et s'éteignit lorsque chacun trempa les lèvres dans son verre. L'atmosphère semblait encombrée de gêne et de silence, mais Adèle n'avait pas peur, la partie pipelette d'Annie prendrait bientôt le dessus ; et alors, ils ne pourraient plus la faire taire.

Ils abordèrent des questions banales, d'actualité, de vie de tous les jours. Rien de particulièrement exceptionnel, mais cela leur permis de situer Liam et de savoir quels sujets ils pouvaient aborder avec lui en toute tranquillité. Annie et Simon étaient des personnes très expressive -enfin, surtout Annie- et ils ne voulaient pas effrayer Liam avec les sujets qu'ils lanceraient sur la table.

- Adèle, on voulait te dire… A propos de notre soirée de Noël… Je sais que d'habitude on l'organise le 23 au soir, mais cette année, les copains de Simon font une petite soirée pré-Noël, ce soir-là. Est-ce que tu penses qu'on pourrait organiser notre soirée le 22 ? Ne me regarde pas comme ça, c'est hors de question qu'on annule, précisa Annie, après avoir intercepté le regard compréhensif de son amie.

- Bien sûr, il n'y a aucun problème. Le 22, c'est très bien. Ça me laisse un soir de plus pour finaliser les cadeaux pour mes parents, ce n'est pas de trop.

Elle leur sourit avec un petit regard malin. Tous les ans, elle passait pratiquement la nuit précédent la veille de Noël à peaufiner les paquets cadeaux pour sa famille. En grande perfectionniste, rien ne lui semblait jamais assez bien, assez satisfaisant. Au final, elle se réveillait le lendemain, après quelques heures de sommeil seulement, les yeux collés par la fatigue et absolument pas reposée.

- Vous faites une fête de Noël entre vous ? C'est sympa.

- Oui. On a l'habitude d'échanger nos cadeaux avant de partir dans nos familles. C'est toujours une soirée très sympathique. D'ailleurs, tu pourras te joindre à nous cette année, si tu n'as rien d'autre à faire.

- Ça porte malheur de s'offrir des cadeaux avant le jour de Noël.

- Ne redis jamais ça si tu veux être invité à notre fête.

Annie lui adressa un sourire crispé et se tourna vers Adèle ; celle-ci lui souriait véritablement. Dans ses yeux, elle pouvait lire qu'Adèle lui était très reconnaissante d'accepter la présence de Liam à leur fête de Noël. Pour Annie, ça semblait extrêmement normal : lorsqu'elle avait rencontré Simon, Adèle avait immédiatement accepté qu'il participe à leur soirée de Noël, alors qu'ils ne s'étaient encore jamais vus.

La main d'Adèle se posa délicatement au-dessus du genou de Liam et elle envoya un papillonnement des cils vers son amie. Simon intercepta le message, lui aussi, mais fit en sorte de lancer une autre conversation avec Liam pour qu'il ne se sente pas trop perdu. Lui avait l'habitude de leurs échanges silencieux, alors que le pauvre Liam n'y connaissait encore rien. Elles pouvaient passer des heures à échanger des regards sans parler, parce que tout ce qu'elles avaient à se dire se trouvait dans leurs yeux.

Après cet interlude, la soirée se passa comme sur des roulettes. Il semblait que Liam et Simon s'entendaient très bien et Annie faisait toujours en sorte de l'inclure dans les conversations. Adèle avait remarqué de nombreuses fois les regards en coin de Liam, qui paraissait très satisfait de cette soirée. Il semblait que ce nouveau groupe fonctionnait à merveille.

Report this text