Chapitre 14 - À trop rêver, on s'oublie

Julien Barré

Le lapin contemple, inquiet, la rivière et la berge par-delà l'eau profonde. Une fois, il a vu son frère tenter la traversée. Un moment, ce dernier avait donné l'illusion de nager, avant d'être happé par le courant. Les renards ont trouvé son corps coincé dans les rochers. L'eau n'est pas un habitat pour les lapins. C'est le domaine des écailleux et des peaux molles. Il n'y a rien de nourrissant dedans. Et pourtant, le lapin doit traverser la rivière. Pourquoi ? Il l'ignore. Il sait seulement qu'il le doit. Il aperçoit alors du bois flotté coincé entre les rochers. Un instant, il pense à son frère, puis grimpe sur la frêle embarcation. À l'aide de ses pattes tremblantes, il s'extrait des rochers et se met à dériver au gré du courant tueur. Des griffes lacèrent son petit cœur. Quelques battements suffisent à les éloigner. Les rossignols n'ont pas terminé leur chorale que le lapin sautille sur l'autre rive. Ce n'était pas la mer à boire en fin de compte.

Le démon suce la moelle de griffon tout en gardant un œil sur son cheptel. Une bagarre éclate entre le chef de meute et l'un des jeunes mâles. Les flammèches voltigent sous la bise. Le berger observe sans intervenir pour ne pas briser la hiérarchie. Il serait le premier à en pâtir. Le vieil alpha remporte le duel. Son long règne ne s'achèvera pas aujourd'hui. Les drakes des montagnes sont des bêtes capricieuses, à la furie redoutable. Le démon est fier de son troupeau tandis que ses voisins le jalousent. Sous peu, les jeunes femelles porteront les œufs. Leur vente servira à retaper le toit branlant de la cabane. Après avoir pris soin de compter et recompter les bêtes, le berger les rentre avec l'assistance de son fidèle molosse, puis scelle l'entrée de la caverne. Il s'éloigne ensuite en sifflotant un air ancien, ses pensées dirigées vers la délicieuse liqueur de châtaigne qui l'attend chez lui. Une douloureuse surprise l'accueille à son retour. La caverne béante. Pas de drake en vue. Le troupeau tout entier disparu. Envolé. Pourtant les drakes des montagnes n'ont pas d'ailes. Qui ? Qui est le vaurien à étriper !? Une note en lettre de sang a été tracée sur une stalagmite. « La horde de Sangreval vous remercie pour cet heureux butin. Bien à vous. » Maudits vampires ! Rien qu'une bande de détrousseurs en guenilles. Des parasites infestant les montagnes. Qu'ils puissent s'étouffer avec tout le sang qu'ils s'enfileront pour célébrer leur prise. Au moins reste-t-il de la liqueur de châtaigne. Ratabrik ! C'était la dernière bouteille.

Le petit-être se lève d'un matin joyeux afin de boire la rosée déposée par la Reine Lumière. Une lampée de la goutte dorée et le voilà qui pousse. Tel un perce-neige, le petit-être rompt son enveloppe microscopique. Lui qui n'atteignait pas la taille d'une brindille, le voilà désormais lorgnant le crâne vert des plus hauts chênes. Les yeux du petit-être devenu géant se posent pour la première fois sur la Reine Lumière, trônant au milieu de son légendaire Royaume d'Azur. Ses cheveux étincelants d'or l'éblouissent. Du fond de son grand cœur, il souhaite l'embrasser. La Reine Lumière lui tend soudain les bras et approche ses lèvres de feu. Le géant excité clôt les paupières. Son pied dérape sur une pierre tranchante et, telle une balle de soie percée, son corps commence à dégonfler. Une fraction de nanoseconde et le voilà de nouveau plus riquiqui qu'une puce-fauve. Furieux, il tape du pied contre le flanc d'une affreuse montagne brune dotée d'un chapeau noir. La montagne décolle. Le petit-être reste coi. Puis la montagne disparaît dans la gueule d'un titan à moustaches.

Le farfadet sautille de joie. À ses pieds s'étale un trésor mirifique dont nul ne saurait rêver. Aux aguets, il balaye d'un regard soucieux le bois alentour. Vite, il doit cacher ce splendide butin avant qu'un importun débarque. Les poches pleines, le farfadet part en quête d'une planque sûre. Des frissons lui parcourent le dos au moindre craquement suspect. La sensation d'une myriade d'yeux espions. Le vent siffle, hurle « Au voleur ! ». Le farfadet se défend : « Je l'ai trouvé. Il est à moi ! » Le vent insiste, lui ordonne de rapporter ce qu'il appelle « larcin ». Le farfadet l'envoie paître de sa plus belle grimace. Il déniche enfin la cachette idéale au pied d'un sorbier dont le tronc porte les marques du dieu des orages. Le gredin vide ses poches, puis s'attèle à creuser, les oreilles dressées. Une fois le trou assez profond – le farfadet pourrait aisément y caser sa bruyante marmaille – il le remplit à raz-bord avant de méticuleusement replacer la terre, qu'il recouvre ensuite d'un tapis feuillu. Une poignée de graines de repousse-pie histoire d'éloigner les pies-lupin et autres coyotes percepteurs et le farfadet s'en retourne chez lui, tout guilleret, dans un tintinnabulement de clochettes. Le jour où il y retourne, l'horreur le saisit. Le sorbier a disparu ! Des heures durant – une éternité peut-être –, il cherche désespérément l'arbre. L'hystérie le gagne. Rires et pleurs s'entrechoquent dans une cacophonie d'injures. Enfin, le larcineur floué doit se rendre à l'évidence : le sorbier a volé son trésor. « Bien fait », se moque le vent.

Le métamorphe joue avec ses multiples enveloppes... jusqu'à se retrouver piégé dans le corps d'une souris. Terrifié, il s'enfuit vers la ville et trouve refuge dans un grenier où il côtoie ses congénères. Sauf qu'il ne comprend rien à leur baragouinage inintelligible. Les rats, rois du grenier, oppressent les souris. Mais ils ne sont rien comparés au Cerbère qui campe dans l'escalier des Enfers. À chaque fois que son ventre gronde famine, la pauvre souris doit passer devant l'atrocité velue sans faire de bruit sous peine de rejoindre ses sœurs disparues. Une griffe racle le bois. Deux éclairs jaunes fendent la masse de poils noirs qui se hérissent tels des piquants. La souris s'élance, poussant des couinements paniqués, grimpe sur le rebord d'une fenêtre. Devant elle le monde s'achève. Derrière elle résonnent les feulements glorieux. Des ailes flamboyantes surgissent dans l'embrasure de l'immense portail céleste, accompagnées d'un chant merveilleux, chasseur de peur et étrangleur de démon. La souris se métamorphose. La fenêtre s'embrase. Des flammes émerge un dragon. Le gros chat s'enfuit en panique. La queue écailleuse écrase la maison-prison. Le dragon remercie le rossignol venu à son secours. Ensemble, ils déploient leurs ailes. Le ciel leur appartient.

Les crocs de l'hiver se sont refermés sur le bois. Les bêtes hibernent dans leur trou, caverne, terrier, nid ou chaumière. Seule la limace ose mettre le nez dehors par ce temps glacial. Elle jubile car nul ne viendra la manger ou la piétiner par inadvertance. Le monde est sien. Au comble du bonheur, la limace glisse sur sa bave gelée, filant plus vite que le hérisson ou même l'oiseau. Elle atteint le faîte d'un rocher d'où elle surplombe l'horizon et ses mirages. Ses antennes admirent le bois tout entier qui s'étend, océan noir et blanc, scintillant au soleil d'hiver. La limace se sent reine. Emportée par sa vélocité, elle décolle de son perchoir. Des ailes lui poussent. La voilà papillon. Le vent transporte le papillon nouveau-né par-delà les nuages et le firmament, jusqu'à l'espace infini, domaine des étoiles. Laissant derrière lui l'astre froid et ses bêtes sauvages, l'insecte astronaute vole en direction du soleil avant d'y plonger.

L'elfe, telle une fée, survole un lac. Un village de pêcheurs campe auprès de ses eaux noires. Le silence est maître de la vallée. Le vent lui-même s'est tu. Les collines nues, taillées en pointes, forment autant de tumuli. L'elfe atterrit sur une jetée. Nulle âme alentour. Le village est désert. Une brume grisâtre, oppressante, enveloppe les habitations fantomatiques. L'elfe est attiré vers une grange. Une structure se dresse près du grand bâtiment de bois branlant. Un échafaud. Des bûches ont été entassées sous le plancher. L'elfe terrifiée s'approche de la grange lugubre, guidée par une main invisible. Elle ne peut y résister. Elle le sait, c'est la main du destin. L'elfe fait le tour de la grange. Puis elle glisse un œil dans l'interstice de deux planches. Parmi les ténèbres se distingue une cage en fer. À l'intérieur quelque chose se meut. Les deux cœurs de l'elfe s'emballent à un rythme décalé tandis que sur sa tête ses cheveux se dressent. L'ombre captive vient de traverser les barreaux de la cage et se déplace désormais librement dans la grange. L'elfe ne peut décoller son œil malgré son instinct hurlant. Ses jambes se sont enfuies en l'abandonnant à son sort. Le souhait du destin est impérieux. La silhouette se rapproche. Les ténèbres s'écartent sur une momie en haillons. Le couperet tranche le souffle effréné de l'elfe. Le destin cruel a suspendu le temps. Marionnettiste, il agite ses pantins dans leur boîte. La sorcière décharnée avance vers l'elfe tétanisée aux pensées éteintes, dévorées par la peur. Un nœud de corde pend à son cou desséché. Le feu a grignoté ses traits ne laissant qu'une immonde barbaque. Au dessus de la grange, les nuages se dispersent. Les rayons de lune inondent l'intérieur de la prison de la sorcière. Ses cheveux crasseux prennent soudain une teinte blanche. Sa peau repousse par-dessus les chairs nécrosées. Des orbites vides émergent des yeux aux pupilles jaunes fendues. La sorcière tend le bras vers l'elfe, une main aux longs doigts noirs couronnés de griffes. Leurs deux âmes se confondent. Subitement, elfe et sorcière ne font plus qu'une.

L'elfe-sorcière quitte la grange et s'envole dans la nuit. Le monde aveugle défile sous la forme d'une toile d'encre. Elle atterrit dans une clairière pentue, domaine d'un chêne imposant. L'aura de l'arbre pluricentenaire ne l'effraie d'aucune façon. Encouragée par le destin, la sorcière traverse la clairière et pénètre la tanière couvée par l'ancien. Son regard transperce l'obscurité. Un léger ronflement trahit une présence sous les couvertures du lit. Durant un moment, la sorcière campe au chevet du dormeur, scrutant la masse de cheveux sombres qui dissimule le visage. Cette vue paisible accentue sa fureur déjà bien vivante. Un feu bouillonne en elle, liquéfiant ses entrailles. Le dormeur doit avoir entendu, par-delà le rideau du rêve, ses hurlements intérieurs, car il se retourne. Ses orbites s'écarquillent en apercevant la sorcière, aux yeux luisant d'une haine dorée dans la nuit. La mort en personne semble se dresser devant lui. La sorcière demeure immobile, attentive aux réactions de l'homme. Un murmure terrifié s'échappe de sa bouche. « Pitié. Épargne-moi. » D'un simple hochement, le bourreau dénie au condamné sa grâce. La sorcière tend vers la gorge pâle une main noire hérissée et enfonce ses griffes dans la chair. Les lèvres entrouvertes vomissent un filet sanglant. La victime conserve néanmoins sa maîtrise. La sorcière enrage ne pas entendre de gémissements. Dans un sifflement, le malheureux supplie : « Pitié. Tue-moi. » Un rire cruel secoue l'antre du grand chêne. La sorcière se délecte des suppliques de sa proie, s'enivre de la terreur voilant ses yeux. Son ardent désir est de le voir souffrir, encore et encore. Elle ne lui accordera pas le repos avant qu'il ne verse des larmes sur ses genoux. Le destin nourrit son ire jusqu'à la démence. Et pourtant, sous les rugissements de la cascade, une faible voix éplorée implore, l'écho d'une goutte d'eau. Le spectacle écœure l'elfe encore consciente. Le venin qui inonde ses veines a tout rongé, jusqu'au berceau de sa mémoire. À la fois prisonnière de son propre corps et étrangère à lui, elle contemple, impuissante, l'abjecte créature qui porte son apparence, et écoute, figée, sa propre voix corrompue se déverser en un rire moqueur.

Jilam sauta presque de son lit. Par réflexe, il porta la main à son cou. Profond soupir en ne sentant aucune entaille sous ses doigts. Puis il porta son attention sur Nellis. Son visage se crispait sous les coups du cauchemar. Se pouvait-il qu'il en ait eu un aperçu, juste à l'instant ? Et ces autres rêves ? Un long gémissement interrompit ses réflexions. Il se colla à son épouse et tâcha de la réveiller par des mots doux chuchotés.

Soudain, Nellis poussa un cri atroce. Jilam évita de justesse un coup de griffes. Son amour ouvrit les paupières, des mèches sauvages collées par la sueur sur son front barré de rides profondes. Ses yeux arpentaient toujours les limbes.

─ NON !!! Ce n'est pas moi ! Ce n'est pas...

─ Chut... Tout va bien. Ce n'était qu'un rêve.

Jilam luttait pour enfouir ses propres angoisses. Le cauchemar de Nellis l'avait affecté. Se voir mourir ne laissait jamais indifférent, surtout quand votre propre femme était l'assassin. Le jeune homme imposa le silence à la voix qui l'enjoignait pressement de s'éloigner de la sorcière. Ses doigts œuvraient avec douceur à replacer les mèches chaotiques dans leur enclos de cheveux.

─ Désolée... Je... je n'ai pas pu me contrôler. Ça arrive parfois. La barrière se défait et mon esprit infiltre les pensées d'autrui, murmura Nellis d'une voix encore tressautante.

─ Ce n'est rien, la rassura Jilam. J'ai apprécié visiter tous ces rêves. Sauf le dernier. Mais tu n'es pas obligée d'en parler maintenant.

─ Je suis désolée.

─ Cesse de t'excuser ! Je vais nous préparer une infusion.

Nellis observa son mari batailler avec la bouilloire. Ses cœurs étaient encore gonflés comme des baudruches suite à l'intense afflux sanguin. Elle avait pris soin de redresser sa barrière télépathique. Hélas, le mal était fait. Jilam avait aperçu son ombre intérieure.

Il ignorait en revanche que ce cauchemar n'était pas nouveau pour elle, et qu'il surgissait régulièrement de sa mer de songes à la manière d'un monstre abyssal.

Report this text