17

mrnws

La semaine avait été éprouvante pour l'un comme pour l'autre ; la boutique avait été submergée par le nombre de visiteurs et ils avaient travaillé d'arrachepied pour satisfaire tous les clients. Le week-end était tombé depuis quelques heures, maintenant, et ils profitaient de ce repos mérité.

Ce soir-là, la ville avait prévu un ballet de lumière devant l'immense sapin de Noël de la place du marché. Adèle et Liam s'étaient installés sur un banc, non loin de là, pour assister au spectacle. Ils avaient acheté de quoi manger pour essayer de se réchauffer et se serraient l'un contre l'autre en attendant le début de l'attraction.

Elle était dans ses bras, la tête posée contre son épaule. Elle avait froid, mais elle s'était habillée chaudement pour faire en sorte de supporter le souffle froid qui glissait sur sa peau.

- Je suis très satisfaite de cette semaine à la boutique. Tous les clients ont pu acheter ce qu'ils voulaient et avoir les conseils dont ils avaient besoin. Et tout ça, c'est grâce à toi. Merci infiniment de m'avoir aidé, d'avoir été là. Je ne sais pas ce que j'aurai fait sans toi.

Adèle leva les yeux vers lui ; elle lui était tellement reconnaissante qu'elle n'arrivait pas à l'exprimer avec des mots. Elle n'y serait pas arrivée sans lui ; à voir comme elle se sentait déjà fatiguée actuellement, elle n'imaginait pas son état si elle avait dû tout gérer toute seule.

Il sourit et se pencha pour embrasser son front du bout des lèvres. Il avait adoré partager ses journées avec elle, pouvoir déjeuner tous les midis avec elle, même si c'était sur un coin de bureau, et surtout, il avait adoré conseiller ses clients et promouvoir ses créations à elle. Elle ne l'avait peut-être pas remarqué, mais cette semaine, elle avait vendu beaucoup plus de ses suspensions que le reste du temps.

- J'ai été très content de passer cette semaine avec toi, ça m'a fait plaisir. Et je suis aussi content d'avoir pu t'aider.

Liam la serra un peu plus fort contre lui et reposa sa joue contre le haut de sa tête.

L'aider à la boutique lui avait semblait une bouffée d'oxygène. Il aimait terriblement son travail, mais à trop avoir la tête dans le guidon, il avait parfois du mal à voir les côtés positifs. S'en éloigner pendant cette semaine lui avait permis de se souvenir pourquoi il aimait la librairie et ses livres, les lecteurs qui ne savaient plus où donner de la tête.

Liam avait adoré découvrir sa boutique, aussi. Il ne la connaissait pas tant que ça et n'avait jamais pris le temps de comprendre le travail d'Adèle pour trouver toutes ces créatrices qu'elle exposait. Ça lui avait énormément plu de suivre l'affaire et de s'occuper de la disposition. Il avait touché à tout et vue l'intégralité du travail qu'offrait la boutique. Maintenant, il comprenait d'autant mieux les semaines où Adèle avait été distante et épuisée, avant qu'ils ne soient si proches. Le magasin lui demandait beaucoup d'énergie et elle était hautement investie.

- Je vais déposer tes flyers à la librairie. Je suis certain que nos clients réguliers vont adorer te rendre visite. Quand on achète dans une librairie, on aime forcément découvrir de nouvelles boutiques indépendantes.

- Merci, chuchota-t-elle, pleine d'émotion.

Adèle cacha son visage contre son torse et le serra plus fortement dans ses bras. Elle s'était bien rendue compte pendant cette semaine que Liam avait adoré la boutique et il s'était donné à fond pour l'aider ; mais elle ne s'attendait pas à ce qu'il décide de faire de la pub pour elle. Ça lui faisait fondre le cœur de le savoir prêt à l'aider à se faire connaître.

Elle fini par relever son visage pour l'embrasser. Ils avaient tous les deux les lèvres froides, mais ce baiser fut tout de même chaleureux. Elle réussie à lui transmettre tout son amour et sa reconnaissance.

Ils échangèrent un regard et l'attraction débuta au même moment. Ils se rapprochèrent l'un de l'autre pour se tenir chaud et Adèle reposa sa tête contre l'épaule de Liam. Une voix résonna dans les haut-parleurs et se présenta comme le conteur. Il fit s'allumer les lumières devant le sapin et lança la soirée. Tout du long, Liam et Adèle gardèrent les yeux rivés sur le sapin et son jeu de lumière et ne prononcèrent pas un mot.

Autour d'eux, plusieurs spectateurs faisaient des commentaires sur les lumières, la manière dont le sapin était plus ou moins mis en valeur, et tant d'autres sujets. Eux n'avaient aucune envie de perdre ne serait-ce qu'une seule minute du spectacle.

Le jeu de lumière ne dura qu'une vingtaine de minutes, mais ce fut suffisant pour qu'ils n'arrivent plus à sentir leurs doigts. A force de ne pas bouger, tout leur corps s'était mis en veille et ils ressentaient plus durement la température négative. Liam resserra davantage ses bras autour d'Adèle, pour lui éviter de trembler et de claquer des dents.

A mesure qu'il la découvrait, il avait très vite compris qu'elle était une grande frileuse ; l'hiver, elle ne cessait d'avoir froid. Après cette découverte, il avait mieux compris pourquoi son appartement lui semblait surchauffé ; mais il ne lui avait jamais rien dit. Quand ils étaient chez elle, lui se promenait en pulls légers ou même parfois en t-shirts, alors qu'elle gardait constamment son gros pull et ses chaussettes en laine.

- On devrait rentrer avant que tu ne te transformes en statue de glace, lui proposa-t-il.

- Pas avant d'avoir bu un verre de vin chaud. C'est sacré : les illuminations et un vin chaud.

Ils échangèrent un sourire et Liam embrassa sa joue avec douceur. Il serra les petites mains d'Adèle dans les siennes pour essayer de les réchauffer. A travers le tissu de ses gants, il sentait ses mains froides qui tremblaient à chaque instant.

Ils se rendirent dans le marché où ils pouvaient trouver une cabane avec du vin chaud. Ce fut Liam qui se chargea de leur ramener un verre tandis qu'elle attendait un peu à l'écart. Elle avait beau fréquenter Liam depuis plusieurs semaines, elle n'en revenait toujours pas de sa gentillesse. Plus elle passait de temps avec lui et plus elle se demandait si elle méritait vraiment quelqu'un comme lui : toujours dévoué et prévenant. Après tout, même si elle ne le méritait pas, elle ne le laisserait à personne d'autre ; elle tenait bien trop à lui.

Elle s'amusa à regarder les familles passer devant elle ; parce qu'à cet évènement il y avait principalement des familles, mais aussi quelques couples qui essayaient encore de se séduire.

Elle aida Liam lorsqu'il arrivait avec leurs deux verres de vin chaud et un sachet semblable à ceux des boulangeries. Elle huma l'odeur des épices dans le vin et adressa un sourire rayonnant à Liam. Elle était tellement contente de partager cette tradition avec lui.

- Je nous ai pris un bonhomme de brioche, un manele. Avec des pépites, bien sûr, puisque j'ai perçu ton amour pour le chocolat.

- Quelle douce attention ! s'exclama-t-elle, alors qu'il lui tendait le sachet.

Ils s'éloignèrent du marché de Noël pour retrouver un semblant de calme. Ni l'un ni l'autre n'était vraiment friand de l'agitation et de la foule, et ça les arrangeait tous les deux.

- Tu disais que c'était une tradition, dis m'en plus, demanda-t-il en souriant.

- Depuis que je suis venue vivre en ville, chaque année, avec Annie, on va voir les illuminations. Au début, ça nous semblait incroyable qu'il puisse y avoir ça quelque part, c'était dingue. Dans notre petite ville, il n'y avait pas grand-chose de prévu pour Noël. Alors, on venait chaque année et c'est devenu une tradition. On a initié Simon et lui aussi paraissait fasciné ; alors, on a juste… continué.

Il glissa son bras autour de ses épaules et déposa un baiser sur sa tempe. Il aimait bien cette tradition, lui aussi. Le ballet de lumières lui avait beaucoup plu et il espérait pouvoir revenir plusieurs fois encore avec Adèle pour voir les lumières habiller le sapin.

Ils s'embrassèrent tendrement et reprirent le chemin de l'appartement de Liam. Celui d'Adèle était plus proche, mais il ne voulait pas abuser de son hospitalité et lui faire croire qu'il ne souhaitait pas l'amener chez lui. Au contraire, il aimait la sentir dans son espace.

Liam lui prit la main, tout en maintenant son gobelet de vin dans l'autre. Malgré le froid, il adorait cette soirée. Ils avaient mérité un moment de douceur, loin des préoccupations liées à la boutique et il semblait qu'ils arrivaient tous les deux facilement à s'en éloigner. Il voyait bien dans les yeux d'Adèle qu'elle n'y pensait plus une seule minute ; la semaine de folie qu'ils venaient de terminer, l'avait aidé à se rasséréner concernant le futur de sa petite entreprise. Il était heureux d'avoir pu participer à son apaisement.

Il était encore tôt quand ils arriveraient à l'appartement et il comptait bien profiter de cette fin de soirée avec elle ; peu importe la forme que ça prendrait, même s'il avait sa petite idée sur la question.

Report this text