19

mrnws

Le lendemain matin, ils se réveillèrent aux alentours de la mi-journée. Liam avait la tête comme un ballon à cause du vin et Adèle gardait les yeux mi-clos. Ils étaient encore fatigués, indéniablement. Mais pour profiter au moins un peu de la journée, ils se décidèrent à sortir du lit. L'appartement de Liam était bien moins chauffé que celui d'Adèle, alors elle s'emmitoufla dans un pull pour éviter de grelotter. Elle était déjà une grande frileuse quand elle avait assez dormi, alors quand elle était fatiguée…

Par chance, Liam avait déjà préparé du café et ils purent s'allonger sur le canapé avec une tasse bien chaude entre les mains. Elle se serra contre lui et il l'entoura de ses bras pour la garder bien serrée contre lui. Il adorait se réveiller avec elle, et d'autant plus quand ils pouvaient trainer sur le canapé.

Avant d'avoir bu leur café, ils n'échangeaient en général aucun mot. Ça ne dérangeait ni l'un, ni l'autre, d'ailleurs. Mais, en revanche, ils acceptaient de partager des câlins.

Une fois leur première tasse vide, Liam les resservit et la discussion put commencer.

- J'ai reçu quelques messages, ce matin, pour me dire qu'ils t'avaient beaucoup apprécié. A mon avis, c'est ton sourire et le choix du burger qui t'ont sauvé.

Ils rirent ensemble et elle se rapprocha de lui, glissant ses bras autour de sa taille pour être à nouveau totalement en contact avec lui ; en remplissant les tasses, il s'était détaché d'elle. Ils se regardèrent dans les yeux et se sourirent. Il remarquait bien qu'elle était satisfaite et surement soulagée que ses amis l'acceptent. Pour l'un comme pour l'autre, l'avis des amis semblait avoir une réelle importance.

- Je les ai beaucoup aimés, moi aussi. Et j'adore qui tu es quand tu es avec eux. On dirait que plus rien ne peut t'atteindre, que tout a disparu, à part vous. Je trouve ça extrêmement beau.

- Je n'ai pas l'impression d'être différent, pourtant.

- Ho, je t'assure qu'il y a quelque chose en toi qui est épanoui avec eux. Ou, tout du moins, plus ?

Adèle fronça les sourcils quelques secondes et embrassa les lèvres de Liam. Elle gardait des souvenirs excellents de cette soirée et avait adoré poser des questions sur Liam à ses amis. Ils s'étaient pratiquement battus pour répondre et cette entente joviale lui avait fait beaucoup de bien. Surtout que ça faisait très longtemps qu'elle n'avait pas vu Annie et Simon, et ils lui manquaient.

Il la serra contre lui un peu plus fort. Les autres filles qu'il avait fréquentées n'avaient jamais aimé se trouver en présence de ses amis. Elles se sentaient toujours délaissées et invisibles à ses yeux, comme si elles étaient jalouses d'eux et de la relation qu'ils entretenait. Mais pas Adèle.

Liam la fixa longuement, jusqu'à ce qu'elle pose sa tête contre son torse et qu'il ait plus de mal à maintenir ses yeux sur elle.

- C'est peut-être parce qu'hier soir, ils étaient là, mais toi aussi. Et j'étais tellement fier de voir qu'ils te parlaient et t'intégraient à nos conversations. Ça m'a fait beaucoup de bien de savoir que je pouvais pleinement profiter de les voir, sans que tu te sentes toute seule et délaissée.

- Je ne suis pas une petite chose fragile.

Il posa ses lèvres dans ses cheveux et se perdit dans ses pensées. Il l'avait bien remarqué qu'elle n'était pas fragile et qu'il ne devait pas la confondre avec ces autres filles avec qui il était sorti. Elle n'avait absolument rien en commun avec elle ; c'était d'ailleurs ce qui le faisait se demander s'il méritait sa présence dans sa vie.

Adèle releva son visage vers lui et lui sourit. Elle sentait qu'il était perdu dans ses pensées et elle adorait voir son visage crispé par la réflexion. Dans ces moments-là, il avait les yeux dans le vague et ne la regardait pas ; c'était enfin son moment pour le regarder sans qu'il le remarque. Elle aimait la courbe de ses lèvres et cette petite barbe qui fleurissait sur ses joues, elle adorait la couleur de ses yeux, si improbable mais tellement envoutante, et la cicatrice qui barrait son sourcil gauche.

Après cet examen soigné, elle ne put se retenir de l'embrasser, ce qui le fit sortir de sa torpeur. Il posa délicatement ses mains dans sa nuque pour la garder auprès de lui.

Il redevint rapidement sérieux ; elle le remarqua grâce à son petit froncement de sourcil qui marquait le passage à une pensée qui lui trottait dans la tête. Il baissa son regard sur elle et lui offrit tout de même un petit sourire ; certainement parce qu'elle avait, elle aussi, modifié ses traits. Lorsqu'il faisait cette tête, ils abordaient toujours des sujets qui demandaient réflexion et sur lesquels ils n'étaient parfois pas d'accord.

- Est-ce que tu vas vraiment contacter Noah pour ses créations ?

- Evidemment ! Je ne l'ai pas dit en l'air, pour faire bonne impression. Je suis vraiment intéressée. J'ai hâte de voir ce qu'il fait. Tu as déjà vu ses créations ?

Soudainement, elle avait une bouffée d'énergie ; c'était toujours ainsi quand elle parlait de sujets qui la passionnait, et la boutique en faisait partie. Elle se redressa et reprit sa tasse entre ses mains pour en boire quelques gorgées.

Elle était prête à disserter sur le sujet autant de temps qu'il faudrait. Elle avait trouvé ça vraiment génial de rencontrer un créateur dans les amis de Liam, et elle avait vraiment envie d'exposer ses créations à la boutique. Jusqu'ici, elle n'avait trouvé que des créatrices qui acceptaient de faire partie de l'aventure et elle espérait grandement que ça ne resterait pas toujours ainsi. Elle avait ouvert la boutique dans l'espoir de proposer des petites créations en tous genres et pour tous. Jusqu'ici, ses clients réguliers n'étaient en fait que des clientes.

- Il nous en a montré quelques-unes, et ça avait l'air très bien. Mais attend toi à ce qu'il ne soit pas forcément partant. Noah est très timide et réservé, ce serait un grand saut en avant que de te laisser ses créations. Jusqu'ici, il ne les a jamais mises à vendre d'aucune manière.

- Tu peux compter sur moi, ça va marcher.

- S'il te plait, garde en tête qu'il ne sera peut-être pas d'accord. Je ne voudrais pas que tu sois déçue.

Adèle lui adressa une moue et hocha la tête. Elle se pencha pour l'embrasser encore une fois et termina sa nouvelle tasse de café. Après l'avoir posé sur la table, Liam l'attrapa dans ses bras et l'obligea à se coucher avec lui. Il sentait une atmosphère de fatigue s'enroulait autour d'eux et il avait tellement envie de s'y vautrer. Ses yeux lui piquaient tellement ils avaient besoin de sommeil et il ne doutait pas que les petits yeux d'Adèle lui faisaient ressentir la même chose.

Il les recouvrit d'un plaid doux et chaud et embrassa son front. Quand il la sentait contre lui, qu'il la regardait lui sourire, il ne pouvait empêcher son cœur de bondir dans sa poitrine ; à croire qu'il ne s'était pas encore habitué à la savoir à ses côtés. Et d'un autre côté, ça lui faisait plaisir de ressentir toujours ce même élan de bonheur de partager ses journées avec elle ; ça voulait dire qu'il ne s'était pas encore fabriqué une routine, dans laquelle elle avait une part importante. Il aimait cette sensation de suffoquer de joie dès qu'il se réveillait à ses côtés, qu'il voyait ses affaires dans la salle de bain ou qu'il jouait avec les clés de son appartement dans la poche de son manteau.

Il appréciait redécouvrir toutes ces petites choses chaque jour et il ne se lassait pas de sentir son odeur sur ses draps ou sur les coussins du canapé. Tout ce qui lui faisait penser à elle lui tirait un sourire, qu'elle soit avec lui ou non.

A cet instant, le simple fait de sentir son dos sous ses mains et le poids de sa tête sur sa poitrine, le fit sourire. Il n'avait pu rêver meilleur lendemain de soirée que celui-ci ; et tant pis s'il était extrêmement fatigué et si une migraine risquait de lui vriller le crane.

Report this text