A la croisée de deux mondes

Pauline Chabrand

Un autre texte sur un combat quotidien entre plusieurs pensées, personnes en moi, entre Ana et moi.
Chaque jour, c'est la même chose
Vie morose que je m'impose
Me plaindre est mon quotidien
Ne pas me battre, me mettre des freins


Au fond de moi, j'ai pas voulu tout ça
Dix ans gâché par toi et ton autorité
Ana, ces années je ne peux les rattraper
Mais j'ai encore une vie devant moi


Si je me bats, je pourrais la vivre
Faire toutes ces choses qui m'enivrent
Penser d'une meilleure façon
Sans écouter ta déraison


Ana, tu m'as mise dans la galère
Avec tes ordres et tes commentaires
tu t'es jouée de moi et de ma vulnérabilité
il est temps que je m'enlève de la misère


Refrain :
Une apparence faussée par tes ordres mortifères
un corps blessé que l'on voudrait enfouir
le statut de « malade » que tu me fais entretenir
Par peur du bonheur , d'une vie moins à se complaire

Des questions revenantes, telle des pulsions
Pour se sentir « Ana » , par peur du combat
Pour que les autres n'oublient pas
Que je suis loin de la guérison

Est ce tordu comme raisonnement ?
Suis-je la seule dans ce cas ?
Dois- je prendre les devants ?
Ou te laisser agir encore sur moi ?

Suis je foutu ou rattrapable ?
En suis je encore capable
de te renier et t'expédier
loin de moi et de mes pensées ?


Qu'ai-je à perdre à changer les données
Ne plus vouloir être victime de toi, Ana
Saisir la chance d'être moi
Et enfin décider de t'abandonner ?


Ce contrôle permanent est bien ancré
Mais je peux le modifier
Il suffirait d'un peu de volonté
De mettre le pied à l'étrier


J'irais loin dans les forêts
Les plus belles, les plus boisées
Je sauterais sur mon cheval, bel animal
Et me soulagerais de tout ce mal


Je crierais que j'y arriverais
Plus rien ne pourra m'arrêter
Toi,  Ana,  tu disparaîtra
Et je l'accepterais, ça sera mon choix

Comment réussir à en arriver là ?
Vu mes fondations que tu as fragilisées
Vu ma santé que tu as amenuisée
Suffirais- je juste de croire en moi ?

Refrain


Quand arrêterais-je de me punir
De te laisser me mener par le bout du nez
Qui es tu pour me diriger ?
Qu'une sombre erre qui me fait souffrir

A moi de prendre le bon chemin
De savoir où j'ai ma place
Avec toi Ana,
te laisser me suivre à la trace
Avec moi Pauline,
et penser à mon avenir loin de tes mains..
Loin de tes liens




Report this text