Accident

yunahreb

Ces images qui chuchottent encore. Des images de blessures me reviennent en mémoire. Chaque matin, chaque soir. Ce lit est mon tombeau. Il est le lieu propice à ces images, photos de ma vie qui gangrènent mon esprit perturbé. Douloureusement, je me lève. Lascivement, je quitte ma couche. Un homme me parle, il s'adresse à moi. Suis-je encore en sommeil? Non, il est là. Grand, fort.

O que tu me manques mon père! Quelle stupeur de te voir tenir debout devant mes yeux équarquillés! Tu n'es plus comme dans ces images qui me hantent. As-tu trouvé ton chemin de foi? Vas-tu reposer enfin en paix au pays de l'Eternel? Soudain, il disparaît.

Je retourne à mes sombres images. Mon père disloqué, la cervelle à moitié vidée gisant sur le bitume. L'odeur cuivrée de ton sang emplit à nouveau mes narines pourries par le souvenir de cet accident. Papa! Ne me laisse pas! Je n'aurais jamais dû voir cela...

Pourtant, j'ai tout vu. Les traces mémorables de ce jour de Pâques rescussitent en moi chaque jour et me crucifient à mon quotidien sordide.

Une journée sans saveur, sans originalité. Une redondance de plus. Ah non. Aujourd'hui, je me sens confinée à l'intérieur de moi-même: j'ai mes règles.

Report this text